«Trump est toujours président» dit une prof a ses élèves
Publié

États-Unis«Trump est toujours président», dit une prof à ses élèves

Une enseignante d’histoire a été démise de ses fonctions après avoir également tenu des propos antivax et porté des accusations contre le fils de Joe Biden.

par
Michel Pralong
Contrairement à ce que l’enseignante racontait, Donald Trump n’est plus le président des États-Unis, mais certains de ses élèves l’ont crue.

Contrairement à ce que l’enseignante racontait, Donald Trump n’est plus le président des États-Unis, mais certains de ses élèves l’ont crue.

AFP

Le 1er novembre, la chaîne CBS révélait qu’une enseignante de Santa Barbara, en Californie, faisait l’objet d’une enquête après des propos qu’elle aurait tenus à ses élèves en classe. Elle aurait notamment expliqué que Donald Trump était toujours président. Elle a fini par être démise de ses fonctions en fin de semaine dernière.

L’affaire a commencé il y a trois semaines. Des parents ont vu leur fils, qui est en 8e année (12-13 ans) , sortir de l’école très perturbé. En montant dans la voiture, il aurait dit «Je ne me ferai jamais vacciner. Et saviez-vous que Donald Trump était toujours président?», relatait CBS. Il aurait rajouté que «les professeurs savaient tout et donc que ses parents avaient tort». Sa mère lui aurait alors dit que, s’il se sentait mal à l’aise avec des propos tenus en classe, il devait sortir son téléphone et filmer la scène.

C’est ce que l’enfant a fait le 18 octobre. La séquence de sept minutes qu’ont alors vue les parents était édifiante. «Les gens doivent se réveiller et voir que le gouvernement a beaucoup trop de pouvoir en ce moment», explique la prof d’histoire. Puis elle a attaqué le fil de Joe Biden: «Hunter Biden, par exemple, conclut des accords avec la Chine et l’Ukraine où il acheminait de l’argent illégalement. Il avait également de la pornographie juvénile sur son ordinateur portable. Il avait des relations sexuelles avec sa propre nièce», dit-elle à ses élèves.

Parents non vaccinés privés de bébé

Elle s’est attaquée ensuite à la vaccination, prétendant que «si vous accouchez à l’hôpital, ils ne veulent pas vous rendre le bébé si vous n’êtes pas vacciné». Quand elle a à nouveau voulu parler de l’élection présidentielle, on entend sur l’enregistrement une aide enseignante lui signaler que ce n’était peut-être pas le lieu pour le faire. La mère de famille s’est rendue compte que les autres parents n’étaient pas au courant des propos tenus par cette prof à leurs enfants. Elle a alors alerté la direction.

Celle-ci lui a dit qu’un autre enseignant avait été assigné à la classe, mais la maman a jugé que c’était insuffisant. Quand CBS s’est emparée de l’affaire, le district scolaire a alors dit à la chaîne qu’une enquête était en cours et que de tels propos n’étaient pas tolérés à l’école.

Vendredi 5 novembre, l’enseignante était démise de ses fonctions et ne travaillait plus pour l’école, précisaient les autorités scolaires, sans dire si elle faisait toujours partie ou non du corps enseignant, écrit VC Star. Selon le média, la prof d’histoire «aurait exprimé de profonds regrets pour ce qui s’est passé».

Votre opinion