Etats-Unis: Trump n'exclura pas les transgenres de l'armée
Publié

Etats-UnisTrump n'exclura pas les transgenres de l'armée

Le président américain a finalement décidé de ne pas saisir la Cour suprême afin d'interdire aux transgenres de servir dans l'US Army.

1 / 150
Le Pentagone a accepté une rallonge pour le mur voulu par le président américain à la frontière avec le Mexique. (Jeudi 13 février 2020)

Le Pentagone a accepté une rallonge pour le mur voulu par le président américain à la frontière avec le Mexique. (Jeudi 13 février 2020)

Keystone
Le républicain Mitt Romney a voté en faveur de la destitution du président américain, mais Donald Trump a été acquitté des accusations à son encontre. (Jeudi 6 février 2020)

Le républicain Mitt Romney a voté en faveur de la destitution du président américain, mais Donald Trump a été acquitté des accusations à son encontre. (Jeudi 6 février 2020)

Keystone
Le président américain Donald Trump a effectué une visite surprise aux troupes basées en Afghanistan. (Jeudi 28 novembre 2019)

Le président américain Donald Trump a effectué une visite surprise aux troupes basées en Afghanistan. (Jeudi 28 novembre 2019)

AFP

Le président américain Donald Trump a renoncé à saisir la Cour suprême pour interdire aux transgenres d'entrer dans l'armée, a annoncé vendredi le département américain de la justice. Des décisions de justice entravent l'application de son décret.

Le Pentagone a fait savoir dans la foulée que les forces armées américaines accepteraient l'incorporation des recrues transgenres dès lundi.

Donald Trump avait tenté au mois de juillet d'interdire aux transgenres de s'engager dans l'armée, avançant les coûts «médicaux démesurés et le désordre», qui pourraient en résulter.

Le Pentagone a levé en 2016 l'interdiction faites aux personnes ouvertement transgenres de s'engager dans l'armée américaine. La mesure, qui fait suite à celle de 2011 autorisant les homosexuels déclarés à porter l'uniforme, devait entrer en vigueur dans le courant de l'année, mais le secrétaire à la défense, James Mattis a décidé le 30 juin dernier de la repousser de six mois.

(ats)

Votre opinion