Affaire russe: Trump prêt à être interrogé «sous serment»
Actualisé

Affaire russeTrump prêt à être interrogé «sous serment»

Le président américain s'est dit prêt mercredi à témoigner sous serment face au procureur spécial sur l'affaire russe.

1 / 100
Le ministère américain de la Justice a retiré jeudi le dossier d'accusation contre un ancien conseiller de Donald Trump, Michael Flynn, poursuivi pour avoir menti sur ses contacts avec un diplomate russe. (Vendredi 8 mai 2020)

Le ministère américain de la Justice a retiré jeudi le dossier d'accusation contre un ancien conseiller de Donald Trump, Michael Flynn, poursuivi pour avoir menti sur ses contacts avec un diplomate russe. (Vendredi 8 mai 2020)

AFP
L'ex-directeur du FBI James Comey a admis dimanche que de «véritables négligences» avaient été commises par la police fédérale au début de l'enquête sur l'ingérence de la Russie dans l'élection présidentielle de 2016. (Dimanche 15 décembre 2019)

L'ex-directeur du FBI James Comey a admis dimanche que de «véritables négligences» avaient été commises par la police fédérale au début de l'enquête sur l'ingérence de la Russie dans l'élection présidentielle de 2016. (Dimanche 15 décembre 2019)

AFP
Roger Stone, ancien conseiller de longue date de Donald Trump, a été reconnu coupable vendredi de mensonge au Congrès et de subornation de témoin dans le cadre de l'enquête sur l'ingérence russe dans l'élection américaine de 2016. (Samedi 16 novembre 2019)

Roger Stone, ancien conseiller de longue date de Donald Trump, a été reconnu coupable vendredi de mensonge au Congrès et de subornation de témoin dans le cadre de l'enquête sur l'ingérence russe dans l'élection américaine de 2016. (Samedi 16 novembre 2019)

Keystone

Le président américain Donald Trump a assuré mercredi qu'il était prêt à être interrogé sous serment par le procureur spécial chargé de l'enquête russe qui fait peser une épée de Damoclès sur sa présidence.

«Je suis prêt à le faire (...) J'aimerais vraiment le faire», a déclaré M. Trump lors d'un échange impromptu avec un petit groupe de journalistes à la Maison Blanche à quelques heures de son départ pour le Forum économique mondial de Davos, en Suisse. «Je le ferais sous serment, absolument», a-t-il ajouté, réaffirmant une nouvelle fois qu'il n'y avait selon lui eu «aucune collusion».

Si l'ingérence de Moscou dans les élections - notamment sous forme de piratages informatiques ou de diffusion de fausses informations - ne fait pas de doute aux yeux des services de renseignement, le procureur spécial Robert Mueller enquête sur une éventuelle collusion entre l'équipe de M. Trump et Moscou.

Le procureur spécial, qui fut patron du FBI de 2001 à 2013, a récemment inculpé plusieurs proches de M. Trump, parmi lesquels le général Michael Flynn, qui fut son conseiller à la sécurité nationale. Ce dernier a plaidé coupable d'avoir menti au FBI et a accepté de coopérer avec la justice.

Au-delà de la collusion avec Moscou, M. Mueller tente aussi de déterminer si le président américain s'est rendu coupable d'entrave à la justice. Les investigations se concentrent en particulier sur les conditions dans lesquelles il a limogé en mai le directeur du FBI James Comey. Selon ce dernier, qui a témoigné sous serment devant le Sénat, le président lui a personnellement demandé, lors d'un entretien dans le Bureau ovale, d'enterrer l'enquête sur M. Flynn. Début janvier, M. Trump avait jugé «improbable» qu'il y ait un entretien avec le procureur spécial.

«Deux ou trois semaines»

Interrogé sur le calendrier d'une telle audition, il a évoqué mercredi, en termes vagues, une possible échéance d'ici «deux ou trois semaines». Pense-t-il que le procureur spécial sera «juste» avec lui ? «Nous verrons (...) J'espère», a-t-il ajouté, avant de marteler une nouvelle fois qu'il n'avait rien à se reprocher. «Il n'y a pas eu la moindre collusion. Il n'y a pas eu la moindre obstruction», a-t-il ajouté.

Mercredi dans la soirée, Ty Cobb, avocat de la Maison Blanche, a cependant semblé faire preuve de beaucoup plus de prudence, en particulier sur le témoignage sous serment. «S'il faut noter que M. Trump s'est exprimé à la hâte avant de partir pour Davos, il reste déterminé à continuer à coopérer pleinement avec les services du procureur spécial et est prêt à parler avec M. Mueller», a-t-il déclaré, cité par CNN.

Le ministre de la Justice, Jeff Sessions, a été interrogé la semaine dernière par les services de M. Mueller dans cette enquête. C'est la première fois connue qu'un membre du gouvernement de M. Trump est questionné dans le cadre de ces investigations ultra-sensibles.

Lors d'une audition publique au Sénat en juin 2017, M. Sessions avait qualifié de «mensonge détestable» l'idée qu'il aurait pu être de connivence avec le gouvernement russe. Mais il avait également suscité la frustration des sénateurs de la commission du Renseignement, en se réfugiant souvent derrière la prérogative lui permettant de conserver la confidentialité de ses discussions avec le président.

Proche fidèle de Donald Trump, Jeff Sessions s'est récusé dans l'enquête sur la Russie qui continue à empoisonner la présidence. Mais certains le soupçonnent d'avoir continué en coulisse à tirer des ficelles, notamment en recommandant le renvoi en mai 2017 par M. Trump du chef du FBI, James Comey.

(ats)

Votre opinion