Publié

Etats-UnisTrump tente une nouvelle attaque contre les réseaux sociaux

Le président américain a essayé de faire mardi soir du chantage au Congrès pour que ce dernier abolisse une loi protégeant les réseaux sociaux.

Trump a déclaré qu’il mettrait son veto à la loi de financement militaire pour 2021 si ses exigences ne sont pas prises en compte.

Trump a déclaré qu’il mettrait son veto à la loi de financement militaire pour 2021 si ses exigences ne sont pas prises en compte.

AFP

Donald Trump a menacé mardi soir de mettre son veto à la loi de financement militaire pour 2021 à moins que le Congrès n’abolisse la loi qui protège le statut juridique des réseaux sociaux, que le président américain accuse régulièrement d’être biaisés contre son camp politique.

«La Section 230, qui est un cadeau d’immunité accordé par les Etats-Unis aux +Big Tech+ (...) représente une grave menace pour notre sécurité nationale et l’intégrité des élections», a affirmé sur Twitter le milliardaire républicain, qui a n’a pas été réélu mais refuse de concéder sa défaite.

«Notre pays ne pourra jamais être sûr si nous la laissons en place. Donc, si la très dangereuse et injuste Section 230 n’est pas complètement abolie par la Loi d’autorisation de la défense militaire (NDAA), je serai forcé d’apposer mon VETO», a-t-il continué.

«Contenu trompeur»

La Section 230 du «Communications Decency Act», souvent considérée comme la pierre angulaire de l’internet aux Etats-Unis, empêche les poursuites judiciaires liées aux contenus publiés par des tiers.

Elle permet à Facebook, YouTube et de très nombreux autres sites hébergeurs (et non éditeurs, comme les médias) de ne pas être tenus responsables des propos tenus par les utilisateurs et d’intervenir sur les plateformes à leur guise.

Donald Trump tente de la faire supprimer ou réformer depuis le mois de mai, quand Twitter a commencé à masquer des messages du tempétueux président, en mentionnant le type d’infraction à son règlement (apologie de la violence, contenu trompeur, etc). Ses attaques ont largement été interprétées comme des tentatives de représailles.

«Censurer» les voix conservatrices

Depuis le 3 novembre, Twitter et Facebook ont épinglé de très nombreuses déclarations du locataire de la Maison Blanche, qui n’a pas cessé de marteler, sans preuves, que l’élection a été «truquée».

Avec ses alliés, il a introduit des dizaines de recours en justice qui, pour la plupart, ont été rejetés par les tribunaux ou abandonnés.

Lors d’auditions au Congrès et au Sénat, les élus républicains ont abondamment accusé les dirigeants de Facebook, Twitter et YouTube (Google) de «censurer» les voix conservatrices. Plusieurs études ont pourtant montré que la droite américaine était bien présente et très efficace sur les réseaux sociaux.

Donald Trump lui-même se sert de son compte Twitter pour communiquer au quotidien avec ses 88,7 millions d’abonnés. La NDAA est la loi de financement militaire consacrée au budget annuel du département de la Défense.

(afpe/nxp)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!