Actualisé 05.06.2020 à 22:58

Trump veut moins de soldats américains basés en Allemagne

Diplomatie

Actuellement, quelque 34'500 soldats américains sont présents en Allemagne. L'objectif serait de les ramener à 25'000.

Il existe 21 bases militaires américaines en Allemagne.

Il existe 21 bases militaires américaines en Allemagne.

AFP

Le président américain Donald Trump a ordonné au Pentagone de réduire les effectifs militaires déployés en permanence en Allemagne, principal ancrage des forces américaines de l'OTAN, a rapporté vendredi le «Wall Street Journal». L'objectif est de les ramener à 25'000.

Le Pentagone s'est abstenu de tout commentaire, renvoyant les questions vers l'exécutif. Le porte-parole du conseil à la sécurité nationale de la Maison-Blanche n'a pas démenti les informations du «Wall Street Journal».

«Nous n'avons aucune annonce à faire dans l'immédiat, mais en sa qualité de commandant en chef, le président Trump évalue en permanence la posture militaire des États-Unis et notre présence à l'étranger», a-t-il indiqué. «Les États-Unis restent déterminés à coopérer avec l'Allemagne, un allié solide, sur nos intérêts mutuels de défense et d'autres questions importantes», a-t-il ajouté, alors que les relations entre Donald Trump et la chancelière allemande Angela Merkel sont loin d'être chaleureuses.

«Un manque de vision»

Actuellement, quelque 34'500 soldats vivent avec leur famille sur une des 21 bases militaires américaines du pays. Les effectifs peuvent atteindre 52'000 personnes au moment des rotations des équipes ou à l'occasion de manoeuvres.

Un ancien chef des forces terrestres américaines en Europe, l'ex-général Mark Hertling, s'est inquiété de ce projet. «Comme j'ai été fortement impliqué dans les deux dernières réductions structurelles de l'armée de terre américaine en Europe, je peux maintenant le dire publiquement: c'est dangereux! Cela démontre un manque de vision et cela va se heurter au refus du Congrès», a-t-il tweeté.

De fait, le démocrate Jack Reed, un membre influent de la commission des forces armées du Sénat, a immédiatement dénoncé ce projet «mesquin et absurde». «C'est une nouvelle faveur accordée au [président russe Vladimir, ndlr] Poutine et un nouvel échec de cette administration à faire preuve de leadership, qui va encore affaiblir nos relations avec nos alliés», a-t-il ajouté.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!