Actualisé 02.10.2019 à 16:37

MurTrump voulait des alligators pour stopper les migrants

Selon un nouveau livre, le président américain a aussi souhaité qu’on tire dans les jambes des migrants pour les ralentir.

von
lematin.ch
Donald Trump aurait imaginé le pire pour contrer l'immigration illégale mexicaine, selon deux journalistes du «New York Times».

Donald Trump aurait imaginé le pire pour contrer l'immigration illégale mexicaine, selon deux journalistes du «New York Times».

AFP

Dans un livre à paraître, «Border Wars: Inside Trump’s Assault on Immigration», deux enquêteurs du «New York Times» affirment que Donald Trump a proposé une série de mesures aussi terrifiantes qu’inhumaines pour lutter contre l’immigration illégale mexicaine aux États-Unis.

Le quotidien américain a révélé ce mercredi une partie du contenu de l’ouvrage. On y lit que lors d’une réunion qui s’est tenue en mars dernier, le président américain aurait exigé une fermeture totale de la frontière avec le Mexique pour… le lendemain.

Furie présidentielle

Des conseillers lui auraient alors fait remarquer que des touristes américains seraient bloqués au Mexique, que des enfants ne pourraient pas aller à l’école de chaque côté de la frontière ou que ça pourrait engendrer une crise économique. Trump aurait alors explosé de colère. Puis il se serait par la suite débarrassé de certains de ces conseillers.

Les journalistes du «New York Times» disent se baser sur une douzaine d’interviews de conseillers et cadres de la Maison-Blanche pour leurs révélations.

Serpents et piques

Dans leur ouvrage, ils écrivent que dans des réunions non officielles, le président a agité des idées horrifiantes. «En privé, le président a souvent parlé de fortifier le mur à l’aide de tranchées remplies d’eau et de serpents et d’alligators», avancent-ils. «Il voulait que le mur soit électrifié, avec des piques au sommet qui pourraient percer la chair humaine»…

Les deux auteurs rappellent que leur président avait publiquement suggéré que les soldats américains devraient ouvrir le feu sur les migrants qui leur lançaient des pierres. Son équipe lui aurait ensuite glissé que ce serait illégal, selon le nouveau livre à paraître.

La suite? Trump aurait alors avancé une autre proposition lors d’un meeting: «tirer dans les jambes des migrants pour les ralentir»! Mais ses conseillers lui auraient à nouveau signalé que ce serait contraire à la loi.

R.M.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!