Tennis - Tsitsipas hué après une nouvelle pause toilettes
Publié

TennisTsitsipas hué après une nouvelle pause toilettes

Scruté après la polémique sur ses détours par le vestiaire contre Andy Murray à l’US Open, le Grec a récidivé après la perte du 3e set contre Adrian Mannarino. Avant de se qualifier.

Stefanos Tsitsipas juste après sa victoire contre Adrian Mannarino au 2e tour de l’US Open.

Stefanos Tsitsipas juste après sa victoire contre Adrian Mannarino au 2e tour de l’US Open.

AFP

Stefanos Tsitsipas s’est qualifié mercredi soir à New York pour le 3e tour de l’US Open en battant 6-3 6-4 6-7 (4-7) 6-0 le Français Adrian Mannarino (44e), mais s’est fait huer par le public pour un long aller-retour au vestiaire. Le Grec, dont l’entrée en matière avait été difficile lundi face à Andy Murray, qui l’a ensuite accusé d’avoir abusé d’une longue pause toilette pour casser son rythme, a encore usé de son droit d’aller se changer après la perte du 3e set.

Le No 3 mondial a quitté le court muni d’une petite pochette transparente remplie d’affaires de rechange et plus de huit minutes plus tard, il est réapparu les mains vides, accueilli par des huées des spectateurs présents dans les gradins du Arthur Ashe. Lundi contre Murray, il avait pris plus de sept minutes, après la fin du 4e set pour faire le même aller-retour, récoltant d’autres critiques par la suite, notamment de la part d’Alexander Zverev.

«Je pense qu’en faisant une pause et en allant me changer, parce que j’étais complètement trempé, ça m’a permis de me rafraîchir et j’ai été plus à même de délivrer le bon tennis que j’avais produit dans les deux premiers sets. J’ai été capable de rester résilient sur chaque point», a expliqué le Grec après-coup.

«Si c’est pour casser le rythme, c’est une conduite antisportive»

Adrian Mannarino

Imperturbable, Tsitsipas a fini son match en trombe, infligeant une «roue de vélo» (6-0) à Mannarino, qui s’était bien accroché jusque-là, en arrachant la troisième manche au tie-break. Mais, il est tombé sur plus fort, le Grec s’appuyant sur une excellente première balle (27 aces, nouveau record personnel établi sur un match) et réussissant le double de points gagnants (53 contre 26).

Tsitsipas: «Quel est le problème?»

Stefanos Tsitsipas a déclaré ne pas comprendre les huées et critiques récoltées en raison de ses pauses vestiaires. «Je n’ai rien fait de mal, donc je ne comprends pas. Quel est le problème?, s’est interrogé le Grec. Ce break au troisième set m’a permis de me rafraîchir, comme j’aime le faire. C’est bon pour moi d’être moins en sueur et de me sentir frais, de commencer un nouveau set avec un état d’esprit frais, de me recalibrer.»

«Je n’ai enfreint aucune règle», a insisté le Grec, arguant qu’il n’y a pas de limite de temps imposée dans le vestiaire. «J’essaie d’être aussi rapide que possible. Parfois, j’ai juste besoin d’un peu plus de temps. C’est tout. Si je reste dans les limites des directives, alors quel est le problème?», a-t-il poursuivi, agacé, faisant observer que «certains joueurs prennent bien plus que 25 secondes entre les points». / AFP

«Une pause toilette, c’est pour aller aux toilettes, faire ses besoins, si c’est pour casser le rythme c’est une conduite antisportive, même si ce n’est pas forcément le cas ce soir», a commenté le Français après-coup, espérant «que l’ATP va réagir pour changer les choses».

Tsitsipas affrontera vendredi la nouvelle pépite du tennis espagnol, le jeune Carlos Alcaraz (55e), âgé de 18 ans et déjà présenté par certains observateurs comme le futur Rafael Nadal.

Temps forts

Autre outsider dans le tableau masculin, Daniil Medvedev s’est qualifié à l’économie pour le 3e tour (1h48) aux dépens de l’Allemand Dominik Koepfer 6-4 6-1 6-2. Le Russe défiera l’Espagnol Pablo Andujar (74e) vendredi. La surprise du jour est venue du Norvégien Casper Ruud (11e), sorti 3-6 6-4 6-3 6-4 par le Néerlandais Botic Van De Zandschulp (117e), issu des qualifications. Dans le match féminin de la «night session», l’Américaine Sloane Stephens (66e), lauréate en 2017, a impressionné contre sa compatriote Coco Gauff (6-4 6-2).

(AFP)

Votre opinion