Actualisé

FranceTuerie de Chevaline: Zaid al-Hilli remis en liberté

Le frère de l'une des victimes de la tuerie de Chevaline en septembre dernier dans les Alpes françaises, a été remis en liberté à Londres.

1 / 63
Le motard aperçu à proximité des lieux de la tuerie de Chevaline (F) en septembre 2012 est disculpé par les enquêteurs.

Le motard aperçu à proximité des lieux de la tuerie de Chevaline (F) en septembre 2012 est disculpé par les enquêteurs.

AFP
L'ex-mari américain caché d'Iqbal al-Hilli est mort le jour même de la tuerie. Le procureur d'Annecy Éric Maillaud a confirmé cette information. (8 juillet 2014)

L'ex-mari américain caché d'Iqbal al-Hilli est mort le jour même de la tuerie. Le procureur d'Annecy Éric Maillaud a confirmé cette information. (8 juillet 2014)

AFP
Un ancien légionnaire et ancien parachutiste, entendu dans le cadre de l'enquête sur le quadruple meurtre de Chevaline en avril 2013, s'est suicidé mardi en expliquant notamment son geste par le fait que son audition l'avait perturbé. (4 juin 2014)

Un ancien légionnaire et ancien parachutiste, entendu dans le cadre de l'enquête sur le quadruple meurtre de Chevaline en avril 2013, s'est suicidé mardi en expliquant notamment son geste par le fait que son audition l'avait perturbé. (4 juin 2014)

AFP

Zaid al-Hilli, interpellé lundi et placé en garde à vue à Londres dans le cadre de l'enquête sur la tuerie qui a fait quatre morts à Chevaline (Alpes françaises) en septembre 2012, a été remis en liberté mardi peu après 20h, a annoncé à l'AFP le procureur de la République à Annecy, Eric Maillaud.

Zaid al-Hilli, 54 ans, a été remis en liberté avec «un contrôle judiciaire, qui l'oblige à un certain nombre d'obligations», a ajouté, sans plus de précisions, le procureur. Il a précisé que sa remise en liberté signifie qu'il n'y a «pas de charges lourdes retenues contre lui».

«L'enquête se poursuit», a-t-il conclu.

Zaïd al-Hilli, 54 ans, avait été interpellé lundi dans le comté du Surrey, près de Londres. Sa garde à vue initiale a duré 36 heures. Elle a expiré mardi en début de soirée.

L'homme avait été convoqué vendredi dernier par les juges d'instruction en France, mais a refusé de se déplacer, ce qui explique notamment son placement en garde à vue, a précisé le procureur de la République d'Annecy Eric Maillaud, chargé de l'affaire.

Le 5 septembre dernier, Saad al-Hilli, Britannique d'origine irakienne de 50 ans, sa femme Iqbal, 47 ans, et sa belle-mère Suhaila al-Allaf, 74 ans, de nationalité suédoise, avaient été retrouvés tués de plusieurs balles dans la tête, à Chevaline, près du lac d'Annecy où la famille séjournait en vacances. Une quatrième victime, un cycliste français, gisait, sans vie lui aussi, à proximité de leur véhicule.

Personne n'a été jusqu'ici inculpé dans cette affaire.

(ats/afp)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!