Etats-Unis: Twitter dément avoir induit en erreur Elon Musk

Publié

États-UnisTwitter dément avoir induit en erreur Elon Musk

Twitter a attaqué Elon Musk en justice mi-juillet devant un tribunal du Delaware pour le contraindre à honorer son engagement d’acquisition.

Elon Musk a démarché Twitter en avril, puis signé un accord pour 54,20 dollars par action, avant d’y mettre fin unilatéralement début juillet.

Elon Musk a démarché Twitter en avril, puis signé un accord pour 54,20 dollars par action, avant d’y mettre fin unilatéralement début juillet.

AFP

Twitter a déposé jeudi au tribunal sa réponse à la plainte d’Elon Musk, donnant une idée plus précise des arguments du multimilliardaire qui cherche à s’extraire de l’accord de rachat du réseau social et l’accuse de lui avoir «jeté de la poudre aux yeux».

Les affirmations du patron de Tesla et SpaceX «sont factuellement inexactes, juridiquement insuffisantes et commercialement non pertinentes. Nous avons hâte que le procès ait lieu», a tweeté jeudi Bret Taylor, le président du conseil d’administration de la plateforme.

Mi-juillet, Twitter a attaqué Elon Musk en justice devant la Delaware Court of Chancery, un tribunal spécialisé en droit des affaires, pour le contraindre à honorer son engagement d’acquisition pour 44 milliards de dollars. Le procès doit s’ouvrir le 17 octobre. Mais vendredi, l’homme le plus riche au monde a contre-attaqué avec une plainte «confidentielle».

«Poudre aux yeux»

«D’après Musk – le milliardaire qui a fondé plusieurs entreprises et est conseillé par des banquiers et avocats de Wall Street – Twitter lui a jeté de la poudre aux yeux pour lui faire signer l’accord de rachat», indique le réseau social. «C’est une tentative d’échapper à un contrat que Musk ne trouve plus intéressant depuis que le marché des actions a baissé», assènent ses avocats.

Elon Musk a démarché Twitter en avril, puis signé un accord pour 54,20 dollars par action. Il y a mis fin unilatéralement début juillet, au motif que la société basée à San Francisco aurait, selon lui, menti sur la proportion de comptes automatisés et de spams sur sa plateforme.

D’après le document déposé jeudi par Twitter, le patron de Tesla accuse le conseil d’administration d’avoir dissimulé la vraie proportion de comptes inauthentiques, qui serait d’après lui de l’ordre de 10% des utilisateurs actifs au quotidien et exposés à la publicité. Twitter l’estime inférieure à 5%.

«Jouer à cache-cache»

Les documents officiels déposés par la plateforme auprès du gendarme boursier américain «contiennent de nombreuses fausses déclarations matérielles et omissions qui faussent la valeur de Twitter et ont entraîné Elon Musk à accepter d’acheter l’entreprise à un prix gonflé», assurent les avocats de l’homme d’affaires.

La stratégie de Twitter, continuent-ils, a consisté à «jouer à cache-cache» pour empêcher le plus longtemps possible l’acheteur de «discerner la vérité». Twitter répond que l’homme d’affaires a précipité les négociations et que l’accord n’a jamais mentionné les faux comptes.

Entre la baisse générale du marché boursier ces derniers mois, la baisse des recettes publicitaires des réseaux sociaux (due à la conjoncture économique) et les critiques publiques d’Elon Musk, le titre de Twitter s’était effondré à environ 32 dollars le 11 juillet. Il valait environ 41 dollars jeudi.

Un ex-employé de Twitter jugé pour espionnage en faveur de l’Arabie saoudite

Un jury en Californie doit juger du sort d’un ancien employé de Twitter, accusé par la justice américaine d’avoir soutiré de sa propre plateforme des données personnelles au profil de l’Arabie saoudite, qui cherchait à connaître l’identité de critiques du régime.

Selon l’accusation, Ahmad Abouammo, un «employé corrompu», a vendu pour des dizaines de milliers de dollars à Ryad des informations détaillées sur des comptes anonymes précis. La défense, avant que le jury ne se retire pour délibérer jeudi, a répliqué qu’il ne faisait que son travail, acceptant simplement quelques cadeaux.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires