Publié

BanquesUBS aurait tenté de manipuler le taux à Hong Kong

L'enquête des autorités de Hong Kong a montré qu'UBS n'a pas communiqué à l'autorité la découverte de comportements fautifs de collaborateurs après en avoir eu connaissance.

par
smk
Après le scandale du Libor, c'est au tour de Hong Kong de se pencher sur les pratiques d'UBS.

Après le scandale du Libor, c'est au tour de Hong Kong de se pencher sur les pratiques d'UBS.

Keystone

Des courtiers d'UBS ont tenté de manipuler le taux interbancaire Hibor (Hong Kong Interbank Offered Rate) entre 2006 et 2009, constate l'autorité monétaire de Hong Kong (HKMA) à l'issue de son enquête. Sur neuf banques, des manquements n'ont été constatés que chez le numéro un bancaire helvétique.

Une centaine de messages internes provenant de plusieurs courtiers d'UBS font mention de demandes d'adaptations de taux. L'autorité de surveillance n'a cependant pas découvert d'indication sur des arrangements entre les banques, a-t-elle indiqué vendredi dans un communiqué.

Importants manquements constatés

L'enquête a montré qu'UBS n'a pas communiqué à l'autorité la découverte de comportements fautifs de collaborateurs après en avoir eu connaissance. C'est «inacceptable», estime la HKMA.

L'autorité de surveillance a aussi constaté d'importants manquements dans le système interne de contrôle d'UBS et dans la gouvernance en relation avec le processus de fixation du taux HIBOR.

Mesures correctives exigées

La HKMA, qui fait office de banque centrale de l'ex-colonie britannique, a demandé à UBS de prendre des mesures pour remédier à ces manquements et de sanctionner les employés concernés. L'autorité de surveillance se réserve la possibilité d'exiger d'autres mesures.

La grande banque a coopéré avec les autorités durant l'enquête et assuré qu'elle prendrait les mesures réclamées. Depuis octobre 2010, UBS n'est plus membre du panel qui établit la fixation du HIBOR.

Pour mémoire, la banque a été condamnée en décembre 2012 à verser une amende de 1,4 milliard de francs aux autorités américaines, britanniques et suisses pour avoir manipulé le taux interbancaire Libor.

(ats)

Ton opinion