Publié

DéfiUBS fait marcher les stars du WEF

Si les participants du Forum de Davos marchent 6 kilomètres durant la réunion, UBS offrira des vélos à des enfants d'Afrique pour aller à l'école. L'action fait sourire les ONG.

par
Anne-Florence Pasquier
AFP

Dans moins d'une semaine, les puissants décideurs de la planète seront réunis à Davos (GR) pour le Forum économique mondial (WEF) afin de débattre de la bonne marche des affaires de ce monde au sens figuré comme au sens propre. Entre deux petits-fours, les participants pourront y mettre du leur. Ils recevront un podomètre rose. Le but? Marcher 6 kilomètres. S'ils réussissent, UBS offrira des vélos aux enfants africains pour réduire la durée du trajet vers l'école. Mais l'«opération de communication» fait sourire les ONG.

Les résultats sur un écran

Dans une vidéo, le directeur général de la banque, Sergio Ermotti, a déjà mis son bracelet rose et invite les grands de ce monde à faire de même. Des écrans spéciaux seront prévus pour donner en direct les résultats du défi. S'il y a au minimum 1000 participants, la Fondation Optimus d'UBS promet déjà d'offrir 2500 bicyclettes. Des chiffres qui ne manquent pas d'agacer la Déclaration de Berne. «Ça frise le ridicule», réagit Raphaël de Riedmatten, le porte-parole. «Cette action est anecdotique, une opération de relations publiques ou du greenwashing (ndlr: écoblanchiment). La banque cherche à se donner une bonne image», conclut-il.

Un avis partagé par l'ONG Terre des hommes Suisse, qui nuance: «C'est une attitude louable de se préoccuper de la scolarisation, reconnaît Jean-Luc Pittet, secrétaire général, mais j'invite surtout ces décideurs à réfléchir durant leur marche sur les causes profondes. Il faut se rendre compte que les bas revenus des parents ne permettent même pas d'envoyer leurs enfants à l'école car ceux-ci sont obligés de travailler.» Face à ces critiques, le porte-parole d'UBS, Jean-Raphaël Fontannaz, répond que «c'est aussi avec quelques gouttes d'eau que l'on finit par avoir de grandes rivières. La Fondation Optimus d'UBS s'engage sérieusement, depuis quinze ans déjà.»

L'impact concret de cette opération dépendra beaucoup des personnalités qui porteront le podomètre et de leur influence. En effet, du point de vue de Giovanni Tammaro, spécialiste marketing au SAWI, «l'idée est bonne, mais la réalisation, c'est autre chose. Il faut espérer qu'un ou deux grands décideurs se prennent au jeu, sinon ça peut vite faire un flop.»

Votre opinion