Publié

CyclismeUCI: réforme en vue pour les licences et les classements

Richmond (Etats-Unis), 22 sept 2015 (AFP) - Le comité directeur de l'Union cycliste internationale (UCI) a adopté mardi un compromis à propos de la réforme du cyclisme sur route qui prévoit notamment une durée des licences plus longue pour les équipes et une révision des classements.

"Les principes majeurs ont été approuvés", s'est félicité l'UCI à propos du vote intervenu avant la réunion des membres du comité directeur mercredi et jeudi à Richmond.

"Des licences UCI WorldTour d'une durée de trois ans seront attribuées à un maximum de 18 équipes pour les saisons 2017-2019", a annoncé la Fédération internationale présidée par le Britannique Brian Cookson en estimant que "cela devrait encourager les investissements qui augmenteront la stabilité de la structure des équipes".

Les équipes devront respecter un cahier des charges, qui sera obligatoire pour l'ensemble des groupes de première division en 2017. Ce système, qui vise à ce que "tous les coureurs soient soutenus et supervisés de manière adéquate", est en phase-test pour le moment avant d'être introduit comme condition pour l'obtention de la licence.

"Un nombre limité de nouvelles courses rejoindront le WorldTour (1re division) dès 2017", a annoncé également l'UCI. "Les règles de participation actuelles seront maintenues pour les épreuves WorldTour existantes mais de nouvelles règles s'appliqueront aux nouveaux événements rejoignant l'UCI WorldTour, afin d'encourager la croissance et la globalisation du cyclisme".

Quant aux classements, qui suscitent actuellement nombre de critiques, ils seront revus dans leur ensemble.

"Le classement individuel deviendra universel en intégrant tous les événements, de la première à la troisième division. Le classement par nations sera universel lui aussi et se basera sur le classement individuel des huit meilleurs coureurs de chaque pays" (au lieu de cinq actuellement), selon les précisions de l'UCI.

Des classements individuels additionnels sont également envisagés pour récompenser le meilleur grimpeur, le meilleur sprinteur, le meilleur coureur de courses d'un jour et le meilleur coureur d'épreuves par étapes, "afin d'augmenter encore l'engagement des fans et des médias".

L'UCI avait annoncé de longue date une réforme d'ensemble, nécessitant l'accord des équipes et des organisateurs aux intérêts en partie antagonistes. L'un des axes du projet initial était une transformation en profondeur du calendrier des courses.

jm/sk

(AFP)

Votre opinion