Suisse: UDC et PLR s'en prennent aux retraités à l'étranger

Publié

SuisseUDC et PLR s'en prennent aux retraités à l'étranger

Plus d'un tiers de retraités touchant l'AVS vit hors de Suisse. La présidente du PLR estime injuste qu'ils bénéficient également de la hausse de 70 francs des rentes.

par
Pascal Schmuck
Zurich
Petra Gössi, la présidente du PLR, lance la campagne contre la prévoyance vieillesse 2020 voulue par Alain Berset.

Petra Gössi, la présidente du PLR, lance la campagne contre la prévoyance vieillesse 2020 voulue par Alain Berset.

Keystone

Le peuple suisse est appelé aux urnes le 24 septembre pour voter sur la Prévoyance vieillesse 2020 voulue par Alain Berset. Les opposants fourbissent déjà leurs arguments, visant principalement l'augmentation de 70 francs.

Les partis bourgeois ne comprennent pas pourquoi cette hausse devrait bénéficier à des rentiers qui vivent à l'étranger, comme l'explique le Blickdans son édition du 22 juin.

Les retraités suisses aiment la France

Plus de 32% des retraités AVS vivent actuellement hors de Suisse mais ils ne représentent que 13,1% des rentes totales. Il s'agit de Suisses qui décident de partir mais surtout d'étrangers qui retournent au pays pour leurs vieux jours.

Ce phénomène concerne particulièrement les Italiens. Selon l'Office fédéral des assurances sociales (OFAS), 244'000 rentes partent dans la Péninsule. Quant au nombre de Suisses retraités qui vit dans la Botte, il est légèrement inférieur à 9500 personnes.

Ils sont en revanche nettement plus nombreux à vivre en France, puisque plus de 25'000 Suisses y ont élu résidence. L'Allemagne figure à la deuxième place du classement avec près de 12'000 Helvètes, devant l'Italie donc.

Comme l'a reconnu Harald Sohns, porte-parole de l'OFAS, le nombre des rentes qui seront versées à l'étranger d'ici 2030 va grimper à 35% «compte tenu de l'évolution démographique».

Une retraite dorée?

De quoi faire prendre la mouche à Petra Gössi, la présidente du PLR. «Ces retraités à l'étranger ne génèrent aucune création de valeur en Suisse. Ils ne paient pas d'impôts, ni ne consomment ici.»

Ils n'auraient donc pas à profiter de l'augmentation des retraites de 70 francs voulue dans le projet de réforme. «Nous leur offrons une retraite dorée sur le dos des prochaines générations», a estimé la conseillère nationale schwytzoise.

Les retraités nécessiteux en Suisse en profiteraient également, mais au prix de prestations complémentaires amputées. Cet exemple montre à quel point cette réforme est inéquitable, a ajouté la présidente.

Un argument repris également par le conseiller national Thomas de Courten (UDC/BL), pour qui toujours plus de retraités à l'étranger en profitent pour s'offrir une fin de vie agréable.

L'OFAS répond

L'OFAS réplique que les sommes distribuées hors de Suisse sont moins importantes que le nombre de rentes. Elles devraient représenter en 2030 près de 15% du total contre 13,1% actuellement, a rappelé son porte-parole Harald Sohns.

«Les retraites qui sont versées à des Suisses sont plus élevées que pour les étrangers», principalement en raison du nombre plus important d'années de cotisation. Et le porte-parole de souligner que seuls ceux qui touchent une retraite complète auront droit à la totalité des 70 francs.

Ton opinion