Visite parlementaire: UE: «La Suisse doit savoir ce qu'elle veut vraiment»
Publié

Visite parlementaireUE: «La Suisse doit savoir ce qu'elle veut vraiment»

Une délégation de députés du Parlement européen a fait part de ses critiques lors d'une rencontre vendredi avec des homologues helvétiques.

La conseillère nationale Kathy Riklin (PDC/ZH) et le député danois Jorn Dohrmann, qui conduisait la délégation du Parlement européen.

La conseillère nationale Kathy Riklin (PDC/ZH) et le député danois Jorn Dohrmann, qui conduisait la délégation du Parlement européen.

Keystone

La Suisse n'est pas claire dans ses revendications envers l'Union européenne. C'est le constat d'une délégation de députés du Parlement européen après une rencontre avec des homologues helvétiques ce vendredi 12 juin à Zurich. Sans clarté, impossible de trouver des solutions.

«La Suisse doit savoir ce qu'elle veut vraiment», a déclaré le député danois Jorn Dohrmann, à la tête de la délégation, devant les médias. La rencontre interparlementaire UE-Suisse s'est tenue pour la 34e fois.

La conseillère nationale Kathy Riklin (PDC/ZH) conduisait la délégation suisse. La libre circulation a été un thème central des discussions, a-t-elle rapporté.

Tant que cette question n'est pas réglée, d'autres accords resteront en suspens, comme dans les domaines de l'énergie, de la santé ou des médias.

Cela serait un «coup dur» pour la Suisse, si elle ne pouvait pas participer au partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TTIP) entre l'UE et les Etats-Unis, a souligné Kathy Riklin. Et là c'est clair: «Il ne faut pas attendre de l'UE institutionnelle qu'elle s'écarte de ses positions».

(ats)

Votre opinion