Publié

Salon de l’autoUeli Maurer: «Plus simple d’acheter une auto qu’un avion»

Le président de la Confédération a inauguré jeudi le 83e Salon de l’auto de Genève. «Après cette semaine, je peux vous dire qu’il est plus simple d’acheter une voiture qu’un avion», a lancé Ueli Maurer lors de son discours d’ouverture.

1 / 49
Durant la visite du salon, Ueli Maurer s'est dit impressionné par les progrès de la technologie.

Durant la visite du salon, Ueli Maurer s'est dit impressionné par les progrès de la technologie.

Keystone
Ueli Maurer (au centre), avec le président du Salon de l'automobile Maurice Turrettini et le champion automobile français Sébastien Loeb

Ueli Maurer (au centre), avec le président du Salon de l'automobile Maurice Turrettini et le champion automobile français Sébastien Loeb

Keystone
Ueli Maurer avec le cavalier jurassien et champion olympique Steve Guerdat

Ueli Maurer avec le cavalier jurassien et champion olympique Steve Guerdat

Keystone

«Mitenander, füreinander» (les uns avec les autres et pour les autres), c’est la devise que j’ai choisie pour mon année présidentielle. Elle peut s’appliquer au monde de l’automobile. Et à nous ici en Suisse, un pays petit par sa taille, mais une grande nation économique, innovante et dynamique», a déclaré Ueli Maurer.

«Pourtant, en Suisse, la voiture c’est un peu comme les avions de combat: on n’en fabrique pas! Nous devons là aussi compter sur les constructeurs d’Europe et d’ailleurs», a souligné le chef du Département de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) qui prononçait son premier discours officiel en Suisse romande en tant que président de la Confédération.

Un moteur de l’économie Le ministre a souligné la bonne marche des ventes de voitures en Suisse avec une hausse de 3% l’an dernier. Dans d’autres pays comme la France, l’industrie automobile souffre, a-t-il rappelé.

La voiture est un moteur de l’économie, mais aussi un moteur social. Elle nous force par ailleurs à nous remettre en question, à revoir nos intérêts, notre style de vie. Pour toutes ces raisons, je souhaite aussi lui dire merci, a dit le chef du DDPS.

On roule à droite en Suisse

Pour Ueli Maurer, la voiture représente une marque de liberté et d’indépendance. «Surtout pour les jeunes qui viennent d’une petite commune comme la mienne, située à la campagne où l’on apprend d’abord à rouler avec un tracteur».

«Mais finalement, en voiture comme en tracteur, on roule toujours à droite. Et cela me correspond plutôt bien!», a plaisanté le ministre sous les rires de l’assemblée.

Du succès avec le temps

Durant la visite du salon, Ueli Maurer s’est dit impressionné par les progrès de la technologie. «J’aime conduire des voitures sportives», a-t-il déclaré. «Pour le moment, pas de voitures écolo, mais je fais du vélo à titre de compensation: 8000 km par année, dont 4000 pour le travail», a-t-il précisé.

«Il est beaucoup plus facile d’acheter une voiture. Mais avec le Gripen, je pense que nous aurons aussi du succès avec le temps», a-t- il ajouté.

Le long de son parcours parmi les carrosseries rutilantes, le président de la Confédération a rencontré le cavalier jurassien et champion olympique Steve Guerdat et le champion automobile français Sébastien Loeb. Il a aussi fait la connaissance sur le stand du TCS d’une classe d’école primaire du Grand Saconnex. Comme les enfants, il a endossé un gilet vert pour montrer son attachement à la sécurité.

Pour l’initiative d’auto-suisse

Le Salon de l’auto dispose cette année de 5000 m2 de surface d’exposition supplémentaire grâce à l’extension de la halle 6, a rappelé pour sa part son président Maurice Turrettini. Les plus de 700’000 visiteurs, dont 420’000 Suisses, attendus jusqu’au 17 mars pourront y découvrir 130 premières mondiales et européennes. Les modèles verts sont désormais intégrés aux stands des constructeurs.

Le président du Salon a aussi rompu une lance en faveur de l’initiative d’auto-suisse pour un financement équitable des transports, lancée mardi. Il a invité le président de la Confédération à lui réserver le meilleur accueil et prié le Conseil fédéral d’éviter de lui opposer un contre-projet.

(ats)

Votre opinion