Ueli Maurer va-t-il annoncer sa démission vendredi?
Publié

Palais fédéralUeli Maurer va-t-il annoncer sa démission vendredi?

Les rumeurs courent depuis quelques jours et deviennent de plus en plus insistantes: le ministre des Finances pourrait annoncer son départ du Conseil fédéral pour la fin de l’année.

par
Christine Talos
Ueli Maurer, ici fin 2020, va fêter ses 71 ans le 1er décembre.

Ueli Maurer, ici fin 2020, va fêter ses 71 ans le 1er décembre.

AFP

Ueli Maurer est-il sur le départ? Les rumeurs sur le départ du grand argentier courent depuis quelques jours à Berne. Mais elles deviennent de plus en plus insistantes ce jeudi. Selon la presse alémanique, le ministre des Finances pourrait même annoncer sa démission ce vendredi, dernier jour de la session d’automne.

Selon l’Aargauer Zeitung, qui cite un conseiller national anonyme, il y aurait des signes clairs que la séance du Conseil fédéral, demain, sera différente… Mais du côté de l’entourage du ministre zurichois, rien ne filtre et son porte-parole ne fait aucun commentaire.

Mais rien n’est très clair. Il faut dire que l’UDC zurichois a toujours indiqué qu’il partirait à la fin de la législature, soit fin 2023. Mais il est aussi spécialiste pour brouiller les pistes. On se souvient qu’un jour avant de se lancer à la candidature du Conseil fédéral, il avait encore exclu cette possibilité!

71 ans en décembre

Ueli Maurer fêtera ses 71 ans le 1er décembre. S’il quitte le Conseil fédéral à la fin de l’année, il aura passé 12 ans au gouvernement. Ancien conseiller national et président de l’UDC, il est entré au gouvernement en janvier 2009, d’abord à la tête du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DPPS). Il a repris ensuite en 2016 le Département fédéral des finances (DFF) et a été deux fois président de Confédération, en 2013 et 2019.

Ces derniers temps, Ueli Maurer fait beaucoup parler de lui en dehors de ses activités sous la Coupole. Il a en effet défrayé la chronique en portant un t-shirt du «Freiheitstrychler» un parti ouvertement corona-sceptique, lors d’une manifestation de l’UDC dans l’Oberland zurichois. Ce qui lui a valu une volée de bois vert de toutes parts pour son manque de collégialité avec ses collègues du Conseil fédéral dans le dossier Covid. Il a aussi critiqué ouvertement la stratégie du gouvernement en la matière, même si Guy Parmelin, président de la Confédération, n’a pas voulu montrer le mécontentement du collège.

Au sein de l’UDC, les parlementaires parlent déjà de successeurs potentiels. Tel le Bernois Albert Rösti, qui a présidé le parti tout comme Ueli Maurer. Le conseiller national lucernois Franz Grüter est également pressenti. Mais il se dit aussi que Christoph Blocher pourrait persuader Toni Brunner, ancien président de parti entre 2008 et 2016 et retraité de la politique fédérale depuis 2019, de tenter sa chance…

Votre opinion

166 commentaires