Actualisé

Etats-UnisUn 2e soignant contaminé par Ebola au Texas

Un deuxième soignant est bien atteint par le virus Ebola, ont confirmé les autorités de l’État.

1 / 112
Des chercheurs ont découvert un anticorps qui neutralise les trois principales souches du virus Ebola en analysant le sang d'un survivant de la dernière épidémie en Afrique. Cette découverte pourrait ouvrir la voie à un premier vaccin doté d'une efficacité étendue. (Jeudi 18 mai 2017)

Des chercheurs ont découvert un anticorps qui neutralise les trois principales souches du virus Ebola en analysant le sang d'un survivant de la dernière épidémie en Afrique. Cette découverte pourrait ouvrir la voie à un premier vaccin doté d'une efficacité étendue. (Jeudi 18 mai 2017)

Keystone
Un vaccin contre Ebola, mis au point par des chercheurs canadiens, fera prochainement l'objet d'une nouvelle phase d'essais cliniques. (Mardi 18 octobre 2016)

Un vaccin contre Ebola, mis au point par des chercheurs canadiens, fera prochainement l'objet d'une nouvelle phase d'essais cliniques. (Mardi 18 octobre 2016)

Keystone
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré la fin de l'épidémie Ebola en Guinée. (Mercredi 1er juin 2016)

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré la fin de l'épidémie Ebola en Guinée. (Mercredi 1er juin 2016)

AFP

Un deuxième soignant de l'hôpital texan qui avait soigné un patient libérien décédé d'Ebola la semaine passée a été infecté par le virus, ont annoncé mercredi les autorités de l'Etat du Texas.

Comme le premier cas, la personne contaminée est un professionnel de santé qui s'est occupé du Libérien Thomas Eric Duncan, ont précisé les services de Santé du Texas.

Thomas Eric Duncan, arrivé au Texas le 20 septembre en provenance du Liberia, sans symptômes, était tombé malade quelques jours plus tard. Hospitalisé le 28 septembre après plusieurs jours d'atermoiements, il est décédé le 8 octobre.

Immédiatement placé à l'isolement

Le deuxième soignant infecté, dont la fonction exacte et l'identité n'ont pas été divulguées, s'est présenté mardi avec de la fièvre à l'hôpital où il a été immédiatement placé à l'isolement.

«Les autorités de la santé ont interrogé ce patient pour vérifier rapidement toutes les personnes avec lesquelles il avait été en contact et les éventuelles expositions auxquelles il avait été soumis, et ces personnes seront examinées», a précisé le service de santé dans un communiqué.

Une première infirmière âgée de 26 ans, Nina Pham, avait été infectée par la fièvre hémorragique après s'être occupée de Thomas Eric Duncan. Son cas a été confirmé dimanche et elle a été placée à l'isolement. Elle a cependant affirmé mardi qu'elle se sentait bien.

«Comme nous l'avons déjà dit au vu de notre enquête en cours, il n'est pas impossible que d'autres personnes aient été exposées au virus», ont noté les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) dans un communiqué.

76 personnes placées sous surveillance

Ceux-ci avaient indiqué mardi avoir placé sous surveillance 76 personnes ayant été impliquées dans les soins prodigués au patient libérien.

Le directeur des CDC, Thomas Frieden, avait estimé dans un premier temps que Nina Pham avait été contaminée après une faille dans le protocole de protection, mais il s'est lundi excusé.

Un syndicat d'infirmières a affirmé qu'aucun protocole pour traiter des patients atteints d'Ebola n'avait été fourni au personnel de santé de l'établissement qui a accueilli Thomas Eric Duncan.

L'épidémie d'Ebola, qui fait rage en Afrique de l'Ouest, a tué plus de 4000 personnes depuis le début de l'année.

(AFP)

Votre opinion