Scandale Volkswagen: Un accord a été trouvé avec deux fournisseurs
Publié

Scandale VolkswagenUn accord a été trouvé avec deux fournisseurs

La marque allemande est parvenue à s'entendre avec deux fournisseurs qui avaient suspendu leurs livraisons après un désaccord.

1 / 150
Nouvelle ère pour les constructeurs automobiles et les consommateurs européens : vendredi entre en vigueur un protocole d'homologation des véhicules neufs plus sévère, qui remplace un processus discrédité par le scandale des moteurs diesel truqués. (Mercredi 30 août 2017)

Nouvelle ère pour les constructeurs automobiles et les consommateurs européens : vendredi entre en vigueur un protocole d'homologation des véhicules neufs plus sévère, qui remplace un processus discrédité par le scandale des moteurs diesel truqués. (Mercredi 30 août 2017)

AFP
Dieselgate: le président d'auto-suisse François Launaz estime qu'il Il faut éviter d'empirer la situation avec des mesures d'interdiction. (15 août 2017)

Dieselgate: le président d'auto-suisse François Launaz estime qu'il Il faut éviter d'empirer la situation avec des mesures d'interdiction. (15 août 2017)

Keystone
Jusqu'à présent, les fabricants d'automobiles ne devaient faire tester leurs véhicules qu'en conditions de laboratoire. Les résultats ne reflétaient alors que peu leurs véritables émissions. A partir du 1er septembre, des réglementations strictes entreront en vigueur en Europe et en Suisse. (Dimanche 13 août 2017)

Jusqu'à présent, les fabricants d'automobiles ne devaient faire tester leurs véhicules qu'en conditions de laboratoire. Les résultats ne reflétaient alors que peu leurs véritables émissions. A partir du 1er septembre, des réglementations strictes entreront en vigueur en Europe et en Suisse. (Dimanche 13 août 2017)

Keystone

Le constructeur automobile Volkswagen s'est ôté une grosse épine du pied en parvenant mardi à un accord avec deux de ses fournisseurs, qui avaient ces derniers jours perturbé sa production en arrêtant brutalement leurs livraisons. La marque VW, encore occupée à limiter les dégâts causés par le scandale des moteurs truqués, a annoncé mardi une solution dans le conflit l'opposant à Car Trim et ES Automobilguss, fabricants respectivement de revêtements pour sièges et de pièces pour les boîtes de vitesse.

Les différentes parties ont toutefois choisi de garder le silence sur le contenu de l'accord, selon une réaction écrite de VW transmise à l'AFP. «Les fournisseurs vont reprendre sous peu la livraison» et «les sites concernés préparent la reprise progressive de la production», indique seulement le constructeur.

Les deux équipementiers, PME détenues par l'allemand Prevent, lui-même filiale d'un groupe bosniaque, ASA, ont donné des sueurs froides au géant de Wolfsburg (nord) en cessant brutalement de l'approvisionner au mois d'août, sur fond de différend commercial.

Mesure drastique

Avec cette mesure drastique et très rare dans le secteur, les fournisseurs entendaient répondre à la dénonciation de contrats commerciaux par Volkswagen, connu pour être très coriace dans les négociations avec ses sous-traitants.

Volkswagen a adressé le 12 août une injonction via les tribunaux aux deux équipementiers pour qu'ils reprennent leurs livraisons mais ils n'ont pas obtempéré.

Le constructeur a donc annoncé lundi être contraint d'interrompre une partie de sa production dans six usines allemandes, dont Wolfsburg, et de prendre des mesures de réduction du temps de travail «allant jusqu'au chômage partiel» pour près de 28.000 salariés dans le pays.

La production de la Golf et de la Passat, deux modèles phares de Volkswagen, a été affectée.

Appel à une sortie de crise

Les experts commençaient déjà à sortir leurs calculettes pour chiffrer le manque à gagner pour Volkswagen - jusqu'à 70 millions d'euros par semaine, selon Commerzbank - et le gouvernement allemand est sorti lundi de sa réserve habituelle sur les affaires d'entreprises pour appeler à une rapide sortie de crise.

Stephan Weil, le chef du gouvernement de l'Etat régional de Basse-Saxe qui abrite le siège de Volkswagen, a salué mardi la fin d'un conflit «préjudiciable économiquement à toutes les parties». Il a au passage étrillé Prevent, qui a selon lui initié à tort un bras de fer qui «ne doit pas faire école».

Que des équipementiers loin de compter parmi les poids lourds du secteur se rebellent contre un client aussi gros que Volkswagen est inédit, selon plusieurs experts.

David contre Goliath

La presse allemande a dépeint la dispute comme le combat de David contre Goliath, tout en s'interrogeant sur l'identité du gentil de l'histoire dans ce cas. Les motivations de Car Trim et ES Automobilguss, dont la réputation risque fort de pâtir de ce conflit, ne sont pas claires.

L'affaire illustre aussi pour certains la pression sur les prix exercée par Volkswagen sur ses sous-traitants, alors que la marque, encore affaiblie par le scandale des moteurs diesel, est en mal de rentabilité.

Le poste des achats est un élément clé de réusssite pour le groupe Volkswagen, qui compte onze marques en plus de celle du même nom, relève Ferdinand Dudenhöffer, du centre de recherche automobile CAR. Avec un volume d'achats de 149 milliards d'euros en 2015, une baisse des prix d'achat, même minime, permet d'importants gains.

Un conflit qui interroge

Le conflit soulève de nombreuses interrogations. Comment le groupe Volkswagen, fort de plus de 600'000 employés dans le monde et d'un chiffre d'affaires de plus de 200 milliards d'euros, peut-il être aussi dépendant de petits fournisseurs? Pourquoi n'a-t-il pas vu venir le blocage? Comment les deux parties vont-elles collaborer à l'avenir? «La vraie raison de cette pantalonnade réside dans le système d'achats de Volkswagen», tacle Ferdinand Dudenhöffer.

A la Bourse de Francfort, les investisseurs se montraient en tout cas soulagés par la fin de l'épisode. Vers 11H45 GMT, le titre Volkswagen était en tête de l'indice Dax et gagnait 2% à 122,45 euros.

(ats)

Votre opinion