Publié

CanadaUn adolescent arrêté avant son départ pour la Syrie

Le jeune homme voulait rejoindre les rangs des combattants du groupe Etat islamique. Il devra comparaître devant un tribunal pour mineurs.

par
smk
Le Canada s'est ému fin février du départ pour le jihad de Québécois de 18 et 19 ans, et d'une étudiante de l'Ouest canadien de 23 ans.

Le Canada s'est ému fin février du départ pour le jihad de Québécois de 18 et 19 ans, et d'une étudiante de l'Ouest canadien de 23 ans.

Keystone

Un adolescent de 17 ans qui cherchait à se rendre en Syrie pour rejoindre les rangs des combattants du groupe Etat islamique a été arrêté, «preuve que la menace du terrorisme est réelle», a indiqué vendredi le ministère de la Sécurité publique.

Le jeune homme a été interpellé jeudi à Beaumont, village situé au sud de la capitale d'Alberta, Edmonton (ouest du Canada), par une équipe d'enquête spéciale de la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Placé en détention

«Nous félicitons nos agences de police et de sécurité nationale pour leur travail dans ce dossier. C'est un nouveau rappel que la menace du terrorisme est réelle», a indiqué à l'AFP Jean-Christophe de Le Rue, porte-parole du ministre de la Sécurité publique Steven Blaney.

L'adolescent a été présenté à un juge jeudi qui l'a inculpé de deux chefs d'accusations: avoir voulu «quitter le Canada dans le but de rejoindre une organisation terroriste», en l'occurrence le groupe Etat islamique, et avoir voulu «quitter le Canada pour commettre un acte de terrorisme», selon les médias locaux.

Le jeune homme a été placé en détention jusqu'à sa prochaine comparution devant un tribunal pour mineurs, le 9 avril prochain.

Projet de loi antiterroriste

Cette arrestation intervient alors que le Canada s'est ému fin février du départ pour le jihad de Québécois de 18 et 19 ans, et d'une étudiante de l'Ouest canadien de 23 ans.

En outre, au moins six Canadiens ont perdu la vie ces deux dernières années en combattant aux côtés des djihadistes en Syrie et en Irak.

Pour tenter d'enrayer ce phénomène, le gouvernement fédéral veut faire adopter un projet de loi antiterroriste renforçant les pouvoirs des services de renseignements pour agir en amont et leur donner des pouvoirs de police.

Cette interception d'un jeune avant son départ vient justifier la nécessité pour le Parlement d'adopter «cette loi antiterroriste de 2015, afin de mieux protéger les Canadiens contre les terroristes djihadistes », a estimé Jean-Christophe de Le Rue.

(AFP)

Votre opinion