23.09.2015 à 14:16

Pays-BasUn «Airbnb» gratuit pour les réfugiés

Trois jeunes entrepreneurs néerlandais ont lancé un site permettant aux migrants en Europe de trouver gratuitement des logements temporaires.

«Il y a beaucoup de gens de notre génération qui mettent des logements en ligne, dont des étudiants, même s'ils vivent grâce à une bourse», assure à l'AFP l'un des fondateurs, Jamal Oulel, 24 ans.

Sur RefugeeHero.com, créé en quatre jours et mis en ligne lundi, les logements sont gratuits.

Les citoyens et les organisations comme les églises, les écoles et les mosquées peuvent créer un profil précisant l'espace dont ils disposent. Ils publient également leur numéro de téléphone afin que des réfugiés à la recherche d'un logement puisse les contacter. Plus de soixante personnes ont déjà mis des logements en ligne, aux Pays-Bas mais aussi en Irlande, en République Tchèque, en France et en Suède.

L'idée est venue alors que Jamal Oulel discutait avec Germaine Statia, 23 ans, et Ayoub Aouragh, 24 ans, de la pire crise migratoire en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.

Ils ont alors réalisé que les Pays-Bas avaient dépensé en 2014 plus de 500 millions d'euros pour loger les réfugiés venus chercher asile en terres néerlandaises.

La manière officielle est «inefficace», assure Jamal Oulel. «Nous avons pensé que nous pouvions rendre l'accueil moins cher, plus rapide et plus efficace», a-t-il ajouté, soulignant qu'il avait également mis en site un logement pour une personne dans sa maison de Rotterdam.

Un étudiant en littérature à Amsterdam a ainsi mis en ligne un logement pour une personne : «je veux apporter ma pierre à l'édifice mais je n'ai pas beaucoup d'argent ni le temps d'être volontaire», affirme-t-il sur le site. «Ce dont je dispose, c'est d'un peu d'espace pour quelqu'un qui en a besoin», ajoute-t-il.

Jamal Oulel, dont le père a quitté le Maroc pour les Pays-Bas avant sa naissance, espère que les réfugiés logés chez des particuliers s'intégreront plus rapidement dans leur pays d'accueil.

Des sites similaires ont également été lancés dans d'autres pays européens, notamment en Allemagne.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!