Neuchatel – Un alisier coupé net dans une réserve
Publié

NeuchâtelUn alisier coupé net dans une réserve

Un arbre centenaire a été tronçonné et lorsque Pro Natura l’a débité, quelqu’un a emporté les rondins.

par
Vincent Donzé
1 / 15
La coupe est nette, à la tronçonneuse.

La coupe est nette, à la tronçonneuse.

Lematin.ch/Vincent Donzé
L’alisier est tombé en travers du sentier.

L’alisier est tombé en travers du sentier.

Pro Natura Neuchâtel
Le tronçonneur s’y est pris à deux fois.

Le tronçonneur s’y est pris à deux fois.

Lematin.ch/Vincent Donzé

Qui a abattu illégalement un alisier centenaire dans une réserve naturelle de Neuchâtel, près du jardin botanique? Ce mystère a débouché sur une plainte de Pro Natura et, depuis ce week-end, une nouvelle question se pose: qui a emporté les rondins découpés et entassés par Antonin Jaquet, responsable des réserves naturelles à Pro Natura?

L’abattage d’un alisier séculaire désole Antonin Jaquet autant qu’il le révolte: «C’est une essence rare qui grandit lentement: l’alisier, on le chérit!» dit-il. Des chênes et des érables ont aussi été coupés à la tronçonneuse, mais ces essences sont moins rares dans la réserve naturelle de Pertuis-du-Sault.

Faire sa place

«Pour faire sa place dans la forêt, un alisier doit bénéficier d’un heureux concours de circonstances», rapporte Antonin Jaquet. Celui qui a été abattu se trouvait au bord d’un sentier. Il a été découvert en travers du chemin d’infirmières.

Le responsable des réserves naturelles a planté un avis quasi mortuaire: «Ici vivait un Alisier torminal (Sorbus torminalis) de près de cent ans». L’alisier est résistant à la sécheresse. L’automne venu, son feuillage serait devenu flamboyant.

17 centimètres

«Il a mis près de 100 ans pour constituer un tronc de 17 centimètres de diamètre. Le couper à la tronçonneuse a pris 2 minutes», détaille Antonin Jaquet sur sa pancarte. Celui qui l’a coupé pensait-il bien faire en élaguant la bordure du sentier? Antonin Jaquet en doute: il disculpe les gardes forestiers et l’association de tourisme pédestre Neuchâtel Rando.

Celui qui a coupé l’alisier est-il le même que celui qui a emporté les rondins? Le mystère s’épaissit. Que fera le voleur avec le bois emporté? Des cuillères ou des crayons pour Noël, comme l’imagine Antonin Jaquet? Selon la littérature, l’alisier «Sorbus torminalis» est le cousin du poirier. Utilisé en ébénisterie comme en marqueterie, son bois dense et homogène est apprécié des luthiers. Il fait de bonnes flûtes.

Pied sud

La coupe a été effectuée dans une réserve qui illustre l’écosystème des garides, présent uniquement sur le pied sud du Jura. Pro Natura a acquis ce terrain en 1981 afin d’éviter de «voir fleurir des habitations dans ce joyau de biodiversité». Le Pertuis-du-Sault est reconnu comme réserve forestière à intervention particulière et zone de protection communale.

L’an dernier, lors d’une vente de bois précieux issus des forêts neuchâteloises, un alisier torminal a été vendu 451.-/m3, un prix supérieur à celui d’un charme (400.-/m3) et d’un cèdre (420.-/m3), mais inférieur à celui d’un thuya (500.-/m3), d’un chêne (503.-/m3), d’un pommier (600.-/m3) et d’un orme (705.-/m3).

Extrait de la pharmacopée de Michael Schorno, Schwytz, † 1671

«Procure-toi du bois d’alisier un jeudi et fais-en une croix. Le premier vendredi de la nouvelle lune, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, mets-la autour du cou, de façon à ce qu’elle repose sur le cœur; alors un liquide jaune descendra par les jambes de cette personne et sortira par-dessous les pieds et les talons; alors elle se sentira mieux. Si l’on accroche ce bois au-dessus de la porte de la maison ou de l’étable, alors aucune sorcière ne pourra entrer».

Source: Peter Schwab, EPFZ, Direction fédérale des forêts)

Votre opinion

9 commentaires