Grèce: Un an nécessaire pour aider les jeunes migrants
Publié

GrèceUn an nécessaire pour aider les jeunes migrants

Les réfugiés mineurs non accompagnés ne pourront pas bénéficier d'une prise en charge adéquate dans l'immédiat.

1 / 150
Le pic de la crise des réfugiés en Europe est «est derrière nous», estime l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). (29 juin 2017)

Le pic de la crise des réfugiés en Europe est «est derrière nous», estime l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). (29 juin 2017)

Keystone
L'Italie ne sait plus comment faire face à l'afflux de migrants venant des côtes africaines et appelle l'aide de l'UE. Les autorités italiennes ont même évoqué la possibilité de fermer leurs ports aux navires de sauvetage pour faire pression sur les partenaires européens de Rome, (28 juin 2017)

L'Italie ne sait plus comment faire face à l'afflux de migrants venant des côtes africaines et appelle l'aide de l'UE. Les autorités italiennes ont même évoqué la possibilité de fermer leurs ports aux navires de sauvetage pour faire pression sur les partenaires européens de Rome, (28 juin 2017)

archive/photo d'illustration, AFP
Plus de 3300 migrants ont été secourus dimanche en Méditerranée au cours de 31 opérations distinctes. (Lundi 26 juin 2017)

Plus de 3300 migrants ont été secourus dimanche en Méditerranée au cours de 31 opérations distinctes. (Lundi 26 juin 2017)

AFP

La Grèce a amélioré sa prise en charge des quelque 2200 migrants mineurs non accompagnés recensés dans le pays.

Mais Athènes estime qu'il faudra encore un an au pays pour assurer un accueil à la hauteur.

«Dire qu'une solution sera trouvée sous six mois serait mentir, nous estimons qu'un an sera nécessaire», a relevé Yannis Mouzalas, ministre à la politique migratoire, lors de l'inauguration d'un centre d'accueil de 100 enfants migrants isolés à Paiania, dans la grande banlieue d'Athènes.

Il s'est prévalu qu'il n'y ait plus que 25 mineurs détenus dans des postes de police et un millier accueillis dans des structures spécialisées. Mais sur le total des enfants migrants isolés recensés dans le pays, dont 5% ont moins de 8 ans et 80% plus de 15 ans, la majorité (1200) vit encore dans des camps de rétention sur les îles grecques de l'Egée orientale.

Dans l'immédiat, la priorité est de leur garantir des «lieux sûrs», leur offrant une protection minimale, notamment contre les trafiquants, a noté le ministre. Tant l'UE, qui a débloqué des fonds supplémentaires, que des ONG de défense des droits humains ont appelé récemment la Grèce à assurer une prise en charge adéquate.

(ats)

Votre opinion