Monde: Un ancien «indic »porte plainte contre les douanes
Publié

MondeUn ancien «indic »porte plainte contre les douanes

Un ex-informateur accuse les douanes d'avoir menti sur leur rôle lors d'une saisie de 7 tonnes de cannabis à Paris.

L'affaire des 7 tonnes du boulevard Exelmans a mis en lumière la rivalité entre services enquêteurs. (Image d'illustration)

L'affaire des 7 tonnes du boulevard Exelmans a mis en lumière la rivalité entre services enquêteurs. (Image d'illustration)

Reuters

Un ex-informateur de l'Office des «stups» va porter plainte contre les douanes, les accusant d'avoir menti sur leur rôle lors d'une opération qui avait conduit à la saisie record de 7 tonnes de cannabis à Paris en 2015, a-t-on appris mercredi auprès de son avocat.

Sofiane Hambli, ancien trafiquant devenu indicateur de premier plan de l'Ocrtis (Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants), va déposer plainte pour «faux en écriture publique», a précisé son avocat, Me Joseph Cohen-Sabban, confirmant une information de L'Obs.

En cause, un PV rédigé par la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) le jour de la saisie record de 7 tonnes de cannabis, opérée par ses agents le 17 octobre 2015 dans une camionnette garée boulevard Exelmans, dans le XVIe arrondissement à Paris.

Cette saisie, encensée par le président François Hollande, avait abouti grâce à «un renseignement» obtenu le jour-même, d'après le PV des douanes.

«Faux», assure l'avocat. D'après lui, «les douanes étaient au courant depuis plusieurs semaines de cette livraison et savaient parfaitement qu'il s'agissait d'une opération entre l'Espagne et la France surveillée par l'Ocrtis».

Selon la plainte qui doit être déposée, dont l'AFP a eu connaissance, la DNRED avait aussi «effectué des investigations» en amont sur cette opération auprès de l'agence de location Ada, qui avait loué plusieurs des camionnettes utilisées par les trafiquants, «aux fins de permettre l'identification et l'interception des véhicules utilisés».

Les douanes ont «doublé les stups»

Les douanes «ont tout simplement doublé les policiers des «stups »au dernier moment en faisant capoter une mission très prometteuse», estime Me Cohen-Sabban.

D'après Libération, l'Octris agissait en effet dans le cadre d'une opération d'infiltration secrète, baptisée «Janissaire», destinée à démanteler, avec l'aide de Sofiane Hambli, des réseaux de trafiquants dont celui d'un des plus gros importateurs français de cannabis du Maroc.

Sous couvert de l'opération «Janissaire», l'Ocrtis a directement supervisé l'importation d'au moins 15 tonnes de cannabis qui ont été saisies, selon une source proche de l'enquête.

Une information judiciaire est en cours dans laquelle l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), la police des polices, a été cosaisie des investigations. Les enquêteurs cherchent à savoir si d'autres quantités de drogue ont pu être écoulées dans le cadre d'opérations de l'office des «stups» alors que Libération évoque l'importation par ce biais d'au moins 40 tonnes.

L'indic a été arrêté

Soupçonné d'être lié à la saisie des 7 tonnes, Sofiane Hambli a été arrêté en Belgique en février 2016, mis en examen à Paris et écroué. «La publicité qui entoure son nom le met en danger en prison, où tout le monde est au courant qu'il a été un indicateur. C'est pourquoi nous devons réagir», a relevé Joseph Cohen-Sabban.

L'affaire des 7 tonnes du boulevard Exelmans a mis en lumière la rivalité entre services enquêteurs et relancé le débat sur les relations troubles entre informateurs et policiers des «stups».

Une autre information judiciaire a été ouverte en septembre après que Stéphane V., se présentant comme un indicateur de l'Octris, a mis en cause l'ex-patron de l'office, François Thierry, pour avoir facilité l'importation de «plusieurs dizaines de tonnes de cannabis» au bénéfice d'un présumé trafiquant de drogue.

(AFP)

Votre opinion