Grèce - Un apiculteur interpellé après l’incendie de forêt près d’Athènes
Actualisé

GrèceApiculteur inculpé après le feu de forêt près d’Athènes

Le feu qui a ravagé mardi le mont Penteli aurait été causé par un homme de 64 ans qui avait brûlé des feuillages près de ses ruches.

Le feu de forêt a atteint plusieurs habitations mardi dans le nord d’Athènes.

Le feu de forêt a atteint plusieurs habitations mardi dans le nord d’Athènes.

AFP

Un apiculteur de 64 ans a été inculpé mercredi à Athènes pour «incendie volontaire par négligence», au lendemain d’un feu de forêt qui a endommagé plusieurs habitations sur le mont Penteli, dans la banlieue nord d’Athènes, a-t-on appris de source judiciaire.

Cet homme, interpellé mardi, a comparu devant le procureur mercredi après-midi, qui l’a renvoyé devant un tribunal à une date qui n’a pas été précisée, avant de le remettre en liberté, selon la même source.

Il est accusé d’avoir brûlé des feuillages à proximité de ses ruches à Stamata, d’où est parti l’incendie, selon le ministère de la Protection civile.

Quatre autres personnes avaient été interpellées mardi dans le cadre de l’enquête, avant d’être rapidement remises en liberté par la police grecque.

Aucune victime

L’incendie s’était déclenché mardi dans la localité de Stamata, à une trentaine de kilomètres d’Athènes, avant de se propager aux communes de Dionysos et Rodopoli, dans une pinède du mont Penteli, sans faire de victime. Mercredi, le feu était «sous contrôle», ont indiqué les pompiers grecs.

«Une maison a été brûlée et douze autres ont subi des dégâts, notamment sur les toitures. Une dizaine de voitures ont été carbonisées», a précisé la Protection civile grecque.

Au total, 310 pompiers ont été mobilisés, épaulés par dix hélicoptères et huit bombardiers d’eau, selon le service des pompiers, soulignant que le vent soufflant à 38 km/h et la température de 37 degrés compliquaient les opérations.

Le feu s’était rapidement propagé dans cette région boisée parsemée de maisons. Plusieurs habitants avaient quitté de leur propre chef leurs foyers menacés par les flammes et les autorités avaient envoyé un message d’alerte par SMS.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires