Football - Un arbitre suisse a dirigé Messi, Neymar et Mbappé
Publié

FootballSandro Schärer a dirigé Messi, Neymar et Mbappé!

L’arbitre suisse de 33 ans a sifflé mercredi le troisième match de Ligue des champions de sa carrière. Est-ce le signe d’un renouveau de l’arbitrage suisse? Le point avec le chef élite Dani Wermelinger.

par
Renaud Tschoumy
L’arbitre suisse Sandro Schärer, qui a sorti son carton jaune à quatre reprises, a été excellent mercredi à Bruges.

L’arbitre suisse Sandro Schärer, qui a sorti son carton jaune à quatre reprises, a été excellent mercredi à Bruges.

AFP

Tiens, on revoit des arbitres suisses sur la scène internationale! Mercredi soir, Sandro Schärer a dirigé le match de Ligue des champions qui opposait le Club Bruges au Paris St-Germain en Belgique (score final: 1-1). Il s’est parfaitement sorti d’affaire, et sa prestation peut être qualifiée d’excellente.

Malgré la pression que pouvait engendrer un stade Jan-Breydel surchauffé et la présence sur la pelouse du trio de stars Messi-Neymar-Mbappé, le «referee» zurichois de 33 ans a su se faire imposer. Il a sorti son carton jaune à quatre reprises, dont une fois sous le nez de Lionel Messi, et à chaque fois à bon escient.

Sandro Schärer a arbitré à Bruges son 16e match international, son troisième de Ligue des champions (lire le détail dans l’encadré en bas de texte).

Lionel Messi a essayé de contester son avertissement de la 72e minute mercredi à Bruges, mais Sandro Schärer (de dos) est resté ferme.

Lionel Messi a essayé de contester son avertissement de la 72e minute mercredi à Bruges, mais Sandro Schärer (de dos) est resté ferme.

AFP

Peut-on dès lors penser que l’arbitrage suisse retrouvera bientôt ses lettres de noblesse, comme à l’époque d’Urs Meier ou de Massimo Busacca? Pour le savoir, «lematin.ch» s’est approché de Dani Wermelinger, le chef des arbitres élite de l’Association suisse de football (ASF).

Dani Wermelinger, y'a-t-il une fierté pour vous de voir Sandro Schärer sur le même terrain que Messi, Neymar et Mbappé?

Bien sûr que je suis fier que Sandro Schärer et ses assistants puissent arbitrer des matches de Champions League. C’est la conséquence de leur travail intense et très sérieux. Mais, pour moi, peu importe le match que Sandro dirigera en Ligue des champions. Après une longue absence des arbitres suisses au sommet, nous nous réjouissons simplement énormément de voir qu’une équipe d’arbitres suisses à de nouveau été convoquée pour la Ligue des champions.

Est-ce le signe que de nouveaux jeunes arbitres suisses vont bientôt être régulièrement convoqués en Coupe d'Europe?

C’est ce que nous espérons. On sent une vague d’optimisme autour des arbitres d’élites de notre pays. Ces dernières semaines, nos arbitres et nos assistants ont réussi de magnifiques performances au niveau international. Mais nous devons rester humbles et continuer à travailler fort pour réussir. Je répète toujours à mon cadre d’arbitres: «La vérité vient du terrain.» Celui qui réussit de très belles performances va forcément recevoir une qualification internationale, nous en sommes convaincus.

Peut-on dire que le travail effectué en Suisse est bon, voire très bon?

On peut voir les choses ainsi. Mais il ne nous appartient pas d’en juger. Nous, nous essayons simplement de créer les meilleures conditions-cadre pour nos arbitres, de manière à ce qu’ils puissent réussir les meilleures performances possible sur le terrain. Il est important, pour les membres du Département élite, que les arbitres se rendent compte chaque jour que le travail mène au succès. Je sens que toutes les personnes impliquées, des fonctionnaires aux arbitres actifs, tirent à la même corde et veulent obtenir le plus de succès possible. Ce constat nous motive tous pour l’avenir.

Dani Wermelinger, chef des arbitres élite de l’ASF: «

Dani Wermelinger, chef des arbitres élite de l’ASF: «

Urs Lindt/freshfocus

L'arbitrage suisse retrouvera-t-il à terme le niveau qu'il a connu par le passé avec Urs Meier et Massimo Busacca, par exemple?

Nous en sommes convaincus. Les signaux sont plutôt bons. Mais pour arriver tout au sommet, nous devons encore nous développer davantage. Notre analyse du dernier Euro montre que les arbitres et juges de touche internationaux sont professionnels. Si nous voulons qu’un de nos arbitres soit encore sélectionné dans un grand tournoi, nous devons voir comment nous pouvons encore mieux nous positionner à ce niveau-là – en tenant compte aussi de la situation financière difficile. Sandro Schärer et son équipe doivent pouvoir se concentrer à 100% sur leur carrière. Nous cherchons à être sur une pied d’égalité avec les autres pays. Mais cela ne concerne pas que Schärer et ses assistants. Nous devons aussi tenir compte du fait que le nombre d’arbitres internationaux, d’assistants ou d’officiels VAR a considérablement augmenté.

Alors, à quand un arbitre suisse à nouveau convoqué pour une phase finale? La Coupe du monde 2024 ou l’Euro 2026 sont-ils des objectifs réalistes?

Lorsque nous avons introduit le semi-professionnalisme en 2017, nous nous étions fixés comme objectif de réintégrer la Ligue des champions en 2022 au plus tard. Cela représentait pour nous un grand pas. Or, nous avons atteint cet objectif en 2020. Et en juin dernier, Sandro Schärer et Stéphane de Almeida ont été sélectionnés comme arbitres de soutien à l’Euro. Tout arbitre qui occupe ce rôle veut passer à l’étape suivantes. Notre objectif ultime est maintenant de retrouver un arbitre suisse au centre du terrain à moyen terme.

Quels sont les arbitres suisses qui peuvent viser un grand tournoi?

D’abord, chaque tournoi international représente une belle opportunité pour nos arbitres. Pour un jeune arbitre international, un tournoi M19 peut aussi représenter une belle opportunité d’acquérir de l’expérience. Mais avec Lionel Tschudi, Urs Schnyder, Lukas Fähndrich ou Fedayi San, on possède de jeunes et bons arbitres. Ces derniers mois, ils se sont fait les auteurs de performances constantes et excellentes, lors de leurs engagements internationaux. Cela nous permet d’envisager l’avenir avec confiance.

Sandro Schärer en bref

Né le 6 juin 1988, le Zurichois Sandro Schärer s’est destiné à l’arbitrage en 2004, soit à l’âge de 16 ans. Il a fait ses débuts en Super League le 1er décembre 2013, à l’occasion d’un match Lausanne – Thoune à la Pontaise. Deux ans plus tard, il était nommé arbitre FIFA.

Instituteur au civil, Sandro Schärer a notamment dirigé sur la scène internationale:

- 3 matches de phase de groupes de Ligue des champions: Barcelone – Ferencvaros (5-1, il avait expulsé Piqué) en octobre 2020, Bayern Munich – Lokomotiv Moscou (2-0) en décembre 2020 et, donc, Bruges – PSG (1-1) mercredi;

- 11 matches de Ligue Europa, le dernier en date étant le 16e de finale aller Real Sociedad – Manchester United (0-4) le 18 février dernier;

- 2 matches éliminatoires de Coupe du monde: Roumanie – Kazakhstan (3-1) en octobre 2017 et France – Bosnie (1-1) le 1er septembre dernier.

Piqué avait été expulsé par Sandro Schärer le 20 octobre 2020 au Camp Nou du FC Barcelone, pour avoir provoqué un penalty en dernier recours contre Ferencvaros.

Piqué avait été expulsé par Sandro Schärer le 20 octobre 2020 au Camp Nou du FC Barcelone, pour avoir provoqué un penalty en dernier recours contre Ferencvaros.

AFP

Votre opinion