Actualisé

Philippines/Etats-UnisUn bain qui pourrait lui coûter cher

Une jeune Philippine n'ayant pas payé ses impôts est recherchée depuis qu'on l'a vue dans une baignoire remplie de billets de banque.

par
Laszlo Molnar

Le fisc philippin a lancé une enquête sur Jeane Napoles après que la jeune femme a posté sur le Net une photo d'elle dans sa baignoire. Ce ne sont pas les courbes, certes alléchantes, de l'étudiante qui ont intéressé les fonctionnaires, mais les centaines de billets de banque dans lesquels elle s'ébattait avec pour légende «je suis riche».

Avec Timberlake et Bieber

Jeane Napoles n'a en effet rien trouvé de mieux pour attirer l'attention que de mettre en ligne des images la montrant se pavaner avec Justin Timberlake et Justin Bieber ou de présenter ses derniers achats de produits outrageusement luxueux. Des clichés qui ont été très critiqués aux Philippines, où des habitants de ce pays pauvre ont trouvé arrogant voire nauséabond d'afficher une telle fortune. Et la photo prise dans un bain bourré d'argent a fait déborder le vase.

Le service des impôts «dont les employés lisent la presse et vont sur le Net», a expliqué au journal Inquirerson directeur, Kim Henares, s'est penché sur ce cas et à découvert que Jeane Napoles n'a pas payé un sou de taxe ces deux dernières années. Un manquement aux obligations citoyennes inadmissible même si elle habite aux États-Unis où elle est inscrite dans une école de stylisme. L'enquête s'est donc poursuivie de l'autre côté du Pacifique, et il s'est avéré que la jeune beauté aurait dû débourser des milliers de francs de redevances sur ses biens immobiliers puisqu'elle y possède deux logements, dont l'un vaut plus de 12 millions de francs.

Comptes fermés

Mais Jeane Napoles a disparu de la circulation depuis le début d'octobre et a fermé tous ses comptes sur les réseaux sociaux. Ce qui n'a pas empêché la presse de continuer à s'intéresser à elle. On a ainsi appris que l'argent de l'étudiante venait de sa mère emprisonnée en août aux Philippines dans le cadre de l'enquête sur une énorme affaire de corruption surnommée: L'«arnaque de la barrière des cochons».

La maman est accusée d'avoir organisé le détournement de quelque 210 millions de francs destinés au développement des zones rurales du pays. «La provenance de l'argent est du ressort de la police, estime toutefois M. Henares. Le fisc ne s'intéresse qu'à faire rentrer les impôts impayés, et si personne ne s'acquitte des montants dus, quelqu'un devra aller en prison». Moralité: Jeane aurait pu réfléchir un peu plus avant de se montrer baignant dans de l'argent éventuellement sale.

Ton opinion