Actualisé 12.06.2020 à 06:44

InnovationUn bar à café zéro contact et zéro déchet

Une start-up genevoise lance une application écologique permettant de commander un café via son smartphone avant de le récupérer dans sa propre tasse.

par
Laura Juliano
Maren Knief Cler, issue du milieu de l'hôtellerie et de la restauration, a eu l'idée de créer l'application Mia&Noa pour consommer du café d'une manière écoresponsable.

Maren Knief Cler, issue du milieu de l'hôtellerie et de la restauration, a eu l'idée de créer l'application Mia&Noa pour consommer du café d'une manière écoresponsable.

DR

Les Suisses sont les troisièmes plus grands consommateurs de café au monde. En moyenne, une personne boit plus de 1000 tasses par année. Il y a celles du matin que l'on déguste chez soi, et celles sur le chemin du travail qui génèrent une quantité de déchets non négligeable.

Pour remédier à ce problème, Mia & Noa, une start-up romande s'apprête à ouvrir le 30 juin, un bar à café zéro contact et zéro déchet à la gare de Chêne-Bourg, à Genève. «Bientôt, nous commencerons à quitter la maison pour reprendre une vie normale. Mais qu'est-ce que la vie normale? Revient-elle à nos anciennes habitudes de consommation?», interrogent les concepteurs sur Instagram.

À l'emporter sans polluer

Le principe? L'utilisateur choisit son café via une application smartphone qui génère un QR Code. Il n'a plus qu'à se rendre au bar avec sa propre tasse pour récupérer sa commande via une borne automatique. Les prix varieront entre 2,90 francs pour un expresso et 8,90 pour un grand macchiato.

C'est à force de déceptions lors de ses déplacements professionnels dans le milieu de l'hôtellerie et de la restauration que Maren Knief Cler a eu cette idée. «J’ai été de plus en plus frustrée par mon expérience du café à l’emporter, nous explique-t-elle. Manque d’hygiène, matériel à usage unique polluant, goût médiocre, manque de transparence sur l’origine des produits. Mon objectif était de trouver une manière de consommer qui soit écoresponsable.»

Ni serveur ni gobelet

Nul besoin de monnaie ou de serveur, le tout s'effectue sans contact. Seul un «Community barista» passera chaque jour d'une borne à l'autre pour gérer l'image de la nouvelle marque et contrôler la qualité du café torréfié en Suisse. «Nous sommes actuellement dans les dernières finitions de notre prototype. Nous nous réjouissons tellement!», s'enthousiasme la Genevoise.

Si le succès est au rendez-vous, deux à trois mois après l'installation de celui-ci, la start-up ambitionne d'étendre son offre. «Nous aimerions proposer d’autres emplacements à nos clients genevois, le but étant de créer tout un réseau de bars-à-café mia&noa», note la jeune entrepreneuse.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!