Liban - Un bateau chargé de matières chimiques prêt à quitter Beyrouth

Publié

LibanUn bateau chargé de matières chimiques prêt à quitter Beyrouth

Un bateau allemand est chargé de retirer des dizaines de conteneurs de substances chimiques dans le cadre du nettoyage du port de Beyrouth, neuf mois après son explosion.

Le port avait été complètement ravagé par l’explosion de centaines de tonnes de nitrate d’ammonium le 4 août dernier.

Le port avait été complètement ravagé par l’explosion de centaines de tonnes de nitrate d’ammonium le 4 août dernier.

AFP

Un bateau chargé de dizaines de conteneurs de matières dangereuses auparavant entreposées au port de Beyrouth s’apprête à partir pour l’Allemagne, a indiqué vendredi l’entreprise chargée de ce projet de nettoyage, près de neuf mois après l’explosion meurtrière dans la capitale libanaise.

L’entreprise allemande Combi Lift, spécialisée dans le transport de charges lourdes, a été mandatée pour traiter et retirer ces substances chimiques dangereuses du port après l’explosion le 4 août de centaines de tonnes de nitrate d’ammonium, un drame qui a tué plus de 200 personnes et ravagé des pans entiers de Beyrouth.

Direction l’Allemagne

«Le bateau est ici et nous partons ce week-end, direction l’Allemagne», a affirmé Heiko Felderhoff, PDG de Combi Lift, lors d’une cérémonie au port. Au total, 59 conteneurs de matières dangereuses ont été chargés sur le navire. Ils seront éliminés une fois arrivés en Allemagne, a précisé Heiko Felderhoff.

Selon Elias Assouad, à la tête du Conseil économique libano-allemand, le projet a permis de nettoyer le port de «tous les produits toxiques, cancérigènes, inflammables et hautement réactifs qui y étaient stockés depuis des décennies».

Combi Lift devait initialement «traiter 49 conteneurs», a-t-il ajouté, mais l’entreprise en a finalement «traité plus de 75, dont 59 vont être transportés» sur le bateau.

Les produits chimiques de la quinzaine de conteneurs restants seront éliminés «selon des procédures sûres et respectueuses de l’environnement sur place», a-t-il affirmé sans plus de détails.

«Chance» d’éviter une deuxième explosion

En février, Michael Wentler, un expert en matières chimiques dirigeant le projet de Combi Lift, avait affirmé à l’AFP que la capitale libanaise avait eu de la «chance» d’éviter une deuxième explosion de matières dangereuses.

Selon lui, des milliers de litres de substances dangereuses étaient stockés au port de Beyrouth depuis plus d’une décennie dans des conteneurs en très mauvais état.

L’explosion au port n’a fait que renforcer la crise dans laquelle le Liban est plongé depuis l’été 2019 et qui a vu la monnaie nationale s’effondrer, et la pauvreté ainsi que le chômage exploser.

()

Ton opinion