Angleterre: Un bébé de 11 semaines se bat contre le coronavirus
Actualisé

AngleterreUn bébé de 11 semaines se bat contre le coronavirus

La maman du nourrisson dit sa panique et fustige ceux qui ne respectent pas le confinement.

par
lematin.ch
Ares Banister, 11 semaines, a été admis lundi dans un hôpital de Leicester.

Ares Banister, 11 semaines, a été admis lundi dans un hôpital de Leicester.

Facebook

Le petit Ares Banister, 11 semaines, a été admis lundi dans un hôpital de Leicester, au centre de l’Angleterre. Il avait une forte fièvre puis a été testé positif au coronavirus, rapporte la BBC. Sa maman se dit terrifiée. Mais elle a aussi voulu médiatiser ce cas pour dénoncer les «égoïstes» qui bafouent les mesures de lutte contre l’épidémie.

Jodie Banister, qui a trois autres enfants, explique que sa famille a été très prudente: «Les enfants et moi ne sommes pas sortis depuis des semaines.» Seul son mari, considéré comme un travailleur essentiel – il oeuvre dans un supermarché – continue à sortir. Mais explique-t-elle, avant de rentrer, «il laisse ses vêtements à la porte et dans un sac de lavage séparé.»

«J'avais tellement peur»

La mère de famille dit aussi avoir suivi les mesures d’hygiène ou encore avoir nettoyé les poignées de portes. Alors quand son bébé a eu de la fièvre, raconte-t-elle, «nous avons juste pensé qu’il n’y avait aucun moyen au monde que ce soit le coronavirus». Puis son monde s’est comme écroulé, lâche-t-elle.

«Je suis juste restée assise et j'ai pleuré. C'était horrible. La première chose que vous pensez automatiquement est qu'il va mourir. J'avais tellement peur», témoigne-t-elle pour la BBC. «Je me sens très émue et fatiguée. Je le regarde constamment pour vérifier qu'il respire toujours.»

«S’il vous plaît, commencez à écouter»

Jodie Banister précise cependant qu’après une très mauvaise journée, mardi, l’état de son bébé s’est amélioré. Mais elle voulait aussi partager ce cas rarissime et terrifiant pour fustiger ceux qui bafouent les règles de confinement, qu’elle taxe «d’égoïstes qui devraient rester à l'intérieur». Et elle les appelle à «s'inquiéter pour les gens comme mon bébé».

Sur Facebook l’Anglaise s’en prend avec plus de virulence encore à ceux «qui se baladent dans le monde sans prendre le moindre soin, vont au supermarché tous les jours ou effectuent des promenades de trois heures qu’ils n’avaient jamais fait auparavant dans leur vie.»

Et de leur supplier d’enfin se mettre à lutter contre l’épidémie. «S’il vous plaît, s’il vous plaît, commencez à écouter», écrit-elle.

R.M.

Votre opinion