Immigration de masse: Un bisou de réconciliation en vue à Bruxelles?

Publié

Immigration de masseUn bisou de réconciliation en vue à Bruxelles?

Doris Leuthard doit rencontrer Jean-Claude Juncker la semaine prochaine, alors que les relations entre Berne et Bruxelles se détendent.

par
Christine Talos
Doris Leuthard avait déjà fait la bise à Jean-Claude Juncker en 2010.

Doris Leuthard avait déjà fait la bise à Jean-Claude Juncker en 2010.

Keystone

«Alerte au bisou à Bruxelles». C'est par ce titre que le Blick annonce la rencontre très attendue côté suisse qui aura lieu le 6 avril prochain en Belgique. En effet, la présidente de la Confédération Doris Leuthard doit y rencontrer le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. Au menu bien sûr: les relations bilatérales de la Suisse avec l'Union européenne (UE). Une rencontre qui pourrait bien déboucher sur un baiser de Juncker, comme le souligne le journal alémanique.

Le Blickfait allusion évidemment à ce baiser enthousiaste du président de la commission européenne que n'avait pu éviter en 2015 Simonetta Sommaruga, elle aussi présidente de le Confédération. La Bernoise était elle aussi à Bruxelles pour discuter des suites de l'initiative sur l'immigration de masse votée le 9 février 2014. Mais Doris Leuthard ne devrait pas se laisser surprendre, comme le souligne le sénateur argovien Philipp Müller. Il en est sûr: «elle se préparera en conséquence», a-t-il estimé.

Un moment positif entre Berne et Bruxelles

Plus sérieusement, Le Temps revient lui aussi mercredi sur la visite de la présidente de la Confédération . Le quotidien estime que l'embellie entre Berne et Bruxelles se confirme et que les deux dirigeants vont sans doute partager un constat: «Les relations entre la Suisse et l'Union européenne se trouvent dans un moment positif qu'il s'agit d'exploiter.»

Le journal rappelle que la mise en œuvre de l'initiative «Contre l'immigration de masse» a été rendue compatible en décembre dernier par le Parlement aux engagements européens de la Suisse. Du coup, Jean-Claude Juncker va sans doute annoncer le déblocage immédiat ou futur des dossiers gelés en raison du contentieux sur la libre circulation, estime Le Temps. De son côté, Doris Leuthard devrait annoncer un renouvellement du milliard de cohésion de la part de la Suisse.

Nombreux dossiers bloqués

En revanche, il reste encore de nombreux dossiers bloqués entre Berne et Bruxelles, comme celui de l'électricité ou celui de l'accès aux marchés financiers. Deux dossiers liés au renouvellement de la voie bilatérale via la conclusion d'un accord-cadre institutionnel entre la Suisse et l'UE, rappelle le journal.

Le Temps estime qu'il reste beaucoup à faire, mais que Bruxelles serait prête à faire des concessions. Notamment sur le rôle de la Cour européenne de justice (CEJ) de l'UE. Comme la SonntagsZeitung dimanche déjà, le journal estime lui aussi que l'UE serait d'accord de restreindre les pouvoirs de la Cour au droit européen dans le cadre d'un accord-cadre. Les réglementations négociées entre la Suisse et l'UE ne seraient plus soumises à la CEJ. Ce qui relativiserait l'initiative de l'UDC qui réclame la priorité du droit suisse face aux juges étrangers.

Quoi qu'il en soit, si le Conseil fédéral publie cette année encore son message relatif à un accord institutionnel avec l'UE, le Parlement ne se prononcera sans doute pas avant 2019 minimum, puisque la Commission européenne devra encore consulter ses Etats membres. Et d'ici là, le peuple suisse aura eu l'occasion de se prononcer sur l'initiative RASA et sur celle de l'UDC «le droit suisse au lieu des juges étrangers».

Ton opinion