Allemagne - Un Britannique soupçonné d’espionnage pour la Russie arrêté
Publié

AllemagneUn Britannique soupçonné d’espionnage pour la Russie arrêté

Un employé de l’ambassade du Royaume Uni à Berlin est soupçonné d’avoir été soudoyé pour transmettre des informations sensibles. Son interpellation est le fruit d’une collaboration germano-britannique.

Des antennes sur le toit d’un gratte-ciel à Berlin.

Des antennes sur le toit d’un gratte-ciel à Berlin.

REUTERS

La justice allemande a annoncé mercredi l’arrestation d’un ressortissant britannique employé dans l’ambassade du Royaume-Uni à Berlin et soupçonné d’espionnage au profit de la Russie.

L’homme, présenté comme David S., est suspecté d’avoir en au moins une occasion «transmis à un représentant des services de renseignement russes» un document «qu’il avait obtenu dans le cadre de ses fonctions à l’ambassade», a souligné le parquet fédéral chargé des affaires d’espionnage.

Il a précisé que l’interpellation était le résultat d’une collaboration avec les autorités du Royaume-Uni.

«L’accusé a reçu en contrepartie de la transmission d’informations une somme en argent liquide d’un montant non déterminé», a-t-il indiqué, dans un communiqué.

Perquisition

Ce Britannique était employé localement par l’ambassade de son pays depuis novembre 2020, à un poste qui n’a pas été immédiatement précisé.

«Son appartement et son lieu de travail ont été perquisitionnés», selon le parquet.

Cette affaire s’ajoute à une multitude d’autres cas d’espionnage, ces dernières années, dont les autorités allemandes accusent la Russie dans le pays.

L’espionnage d’un partenaire est «inacceptable»

Le gouvernement allemand a qualifié mercredi «d’inacceptables» les actes «d’espionnage» présumés effectués sur son sol par un Britannique pour le compte de la Russie, et dont l’arrestation vient d'être annoncée.

«L’espionnage d’un partenaire» étroit de l’Allemagne sur le sol allemand «est inacceptable, c’est pourquoi nous allons suivre de très près l’enquête», a indiqué mercredi Christofer Burger, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, lors d’une conférence de presse.

(AFPE)

Votre opinion

0 commentaires