Publié

EspagneUn cachalot tué par le plastique des serres d'Andalousie

Une équipe de scientifiques a découvert qu'un cachalot de 4,5 tonnes, échoué sur une plage d'Andalousie, dans le sud de l'Espagne, était mort après avoir avalé de grandes quantités de plastique.

(Image d'illustration) En tout, plus de 17 kilos de déchets remplissaient l'estomac du mammifère.

(Image d'illustration) En tout, plus de 17 kilos de déchets remplissaient l'estomac du mammifère.

Reuters

«Nous nous sommes vite rendus compte qu'il avait une véritable serre dans l'estomac : on ne s'y attendait pas, mais ça ne nous a pas étonné», se souvient Renaud de Stephanis, membre de la station biologique de Doñana, qui dépend du Conseil supérieur d'enquêtes scientifiques (CSIC) espagnol.

Français installé en Espagne depuis des années, il n'a pas eu de mal à reconnaître les bâches qui recouvrent les milliers d'hectares de cultures intensives dans la région d'Almeria. «Il y avait une dizaine de mètres de cordes en plastique, des bâches servant à couvrir l'extérieur et du plastique utilisé à l'intérieur et même deux pots de fleurs», témoigne-t-il.

En tout, plus de 17 kilos de déchets provenant principalement de serres, d'après l'enquête menée par son équipe, dont près de 30 mètres carrés de bâche, remplissaient l'estomac du mammifère. Pouvant chasser les calamars jusqu'à 1500 mètres de profondeur, le cachalot évolue dans toute la Méditerranée.

Une pierre dans l'intestin

Long de près de 10 mètres, le spécimen étudié s'était échoué en mars 2012 sur une plage au sud de Grenade, non loin d'Almeria, dans un «état d'amaigrissement avancé». «C'est comme s'il avait une pierre dans l'intestin: plus rien ne passait. Il y avait tellement de plastique que ça a fini par exploser», explique Renaud de Stephanis.

Tortues, dauphins et autres animaux, «plus de 250 espèces marines ont des problèmes» à cause du plastique, qui risque surtout de les étouffer. Mais très peu de cas de grands mammifères, dont seulement quatre de cachalots, morts parce qu'ils avaient avalé du plastique ont été recensés dans le monde.

La découverte a de quoi inquiéter, selon le scientifique, car elle démontre encore une fois que «la mer est pleine de déchets» et que les «systèmes de gestion des déchets du plastique, pas seulement en Espagne» ne sont pas toujours performants. Enfin, «ces grands plastiques s'émiettent et les petits bouts passent aussi chez les poissons», explique-t-il. «Et c'est nous qui finissons par les manger.»

(AFP)

Votre opinion