04.08.2020 à 09:40

FranceUn camp de jeunes migrants évacué en plein Paris

Plus de 70 jeunes migrants campaient sous des tentes installées par des associations depuis début juillet sur une esplanade du XIe arrondissement de la capitale française.

Twitter/Préfecture de police

Considérés par plusieurs associations comme des mineurs étrangers, 72 jeunes migrants ont été évacués tôt mardi d’un campement installé depuis un mois au cœur de Paris, a constaté un journaliste de l’AFP. Ils ont été évacués dans le calme par les autorités locales sous le regard de quelques policiers en retrait.

Masques sur le visage, ils ont été conduits en bus vers un gymnase de la capitale. Sept jeunes filles ont également été mises à l’abri dans des hôtels sociaux, selon les autorités locales.

Les jeunes hommes ont été évalués majeurs par plusieurs départements d’Île-de-France, la région qui entoure Paris, et sont refusés par l’aide sociale à l’enfance (ASE). Mais ils contestent cette évaluation et se retrouvent dans une «impasse» le temps de leur recours, selon les associations qui les aident dont Utopia 56, Comede et Médecins sans frontières (MSF).

Appel à créer un dispositif

Ces ONG militent pour qu’ils soient considérés comme mineurs et pris en charge comme des enfants en danger le temps du processus judiciaire, qui peut durer entre six et dix-huit mois. Elles demandaient à Paris de «montrer l’exemple» en créant un dispositif spécifique.

«Un accord de principe a été trouvé avec la Mairie de Paris pour qu’il y ait un dispositif pour ces mineurs en recours», a expliqué à l’AFP Corinne Torre, responsable de MSF. «C’est pour cette raison que nous avons accepté qu’il y ait un hébergement d’urgence en gymnase en attendant.»

La préfecture d’Île-de-France a toutefois contredit mardi une responsable de la Mairie de Paris, l’adjointe à la solidarité Dominique Versini, qui avait évoqué jeudi l’ouverture pour «les «plus vulnérables de ces jeunes» d’un centre d’hébergement «cofinancé par l’État» pour lequel un site a «été trouvé». Un tel centre serait une première en France.

«L’État n’est pas favorable à la création d’un dispositif tiers, parce que ça ne se justifie pas», a déclaré la secrétaire générale de la préfecture d’Île-de-France, Magali Charbonneau, en soulignant que «tous ces jeunes ont été évalués majeurs». Après leur mise à l’abri, «ils seront orientés vers des structures pour majeurs», en attendant une décision judiciaire, a-t-elle assuré.

MSF assure que plus de la moitié des jeunes accompagnés par ses services sont finalement reconnus mineurs par la justice.

(AFP/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!