Un Canadien inculpé pour de nombreuses cyberattaques
Publié

Ottawa Un Canadien inculpé pour de nombreuses cyberattaques

Un homme de 31 ans a été arrêté au terme d'une enquête de 23 mois. Il est inculpé pour avoir mené des attaques au rançongiciel au Canada et aux États-Unis.

Le hacker arrêté a visé des entreprises et des organismes gouvernementaux au Canada et est accusé de cybercrimes aux USA. 

Le hacker arrêté a visé des entreprises et des organismes gouvernementaux au Canada et est accusé de cybercrimes aux USA.

Getty Images/iStockphoto

Un Canadien, originaire de l’Ontario, a été arrêté et inculpé pour avoir mené plusieurs attaques dites au rançongiciel (ou «ransomware» en anglais) au Canada et aux États-Unis, au terme d’une enquête internationale de près de deux ans, a annoncé mardi la police régionale. L’enquête a déterminé qu’un «individu était responsable de plusieurs attaques par rançongiciel touchant des entreprises, des organismes gouvernementaux et des particuliers au Canada ainsi que des cybercrimes aux États-Unis», selon un communiqué.

Enquête avec le FBI

L’homme de 31 ans a été arrêté au terme d’une enquête longue de 23 mois, menée avec l’aide de la Gendarmerie royale nationale (GRC, police fédérale) et de la police fédérale américaine (FBI). Le FBI avait contacté en janvier 2020 la police régionale de l’Ontario au sujet d’attaques par rançongiciel commises à partir du Canada.

Originaire d’Ottawa, le Canadien a été inculpé de «fraude», «possession d’un dispositif permettant l’utilisation non autorisée d’un ordinateur ou la commission d’un méfait» et «utilisation non autorisée d’un ordinateur». Placé en détention, il doit comparaître de nouveau devant la Cour de justice de l’Ontario à une date qui n’a pas été précisée.

Explosion des cyberattaques

Depuis 2019, la police de l’Ontario a observé une hausse spectaculaire de 140% du nombre de signalements de ce type d’infractions. Et, lors de la première moitié de 2021, les attaques par rançongiciel ont augmenté de 151% à l’échelle mondiale par rapport à cette même période en 2020, selon des chiffres du Centre canadien pour la cybersécurité diffusés lundi. Ce dernier a recensé 235 incidents liés à des rançongiciels au Canada en 2021, et «plus de la moitié étaient des fournisseurs d’infrastructures essentielles».

Fléau

La semaine dernière, le bureau de la gouverneure générale du Canada, Mary Simon, représentante de la reine Elisabeth II au pays, a également indiqué que ses ordinateurs avaient été piratés et qu’une enquête était ouverte. La majorité de ces attaques, qui peuvent entraîner de «graves répercussions financières», ne sont toutefois pas signalées, rappelle l’autorité canadienne en matière de cybersécurité. Celles notifiées au premier semestre par les établissements financiers opérant aux États-Unis ont été évaluées à 590 millions de dollars (environ 545 millions de francs).

(AFP)

Votre opinion

1 commentaire