L'alpiniste écossais Rick Allen a trouvé la mort sur le K2
Actualisé

HimalayaUn célèbre alpiniste écossais trouve la mort sur le K2

L’alpiniste Rick Allen a perdu la vie, ce week-end, en cherchant une nouvelle voie au K2. L’Écossais a été enterré au pied du deuxième plus haut sommet au monde.

L’alpiniste écossais Rick Allen s’est tué, ce week-end, dans l’ascension du K2, le deuxième plus haut sommet de la planète (8611 mètres), situé au Pakistan, a annoncé, lundi, son équipe.

Cet alpiniste renommé de 68 ans a été emporté par une avalanche pendant qu’il tentait d’ouvrir une nouvelle route sur la face sud-est du K2, avec deux autres grimpeurs qui, quant à eux, en sont sortis indemnes.

Enterré au pied du géant

«Après consultation de sa famille et de ses amis, la légende sera enterrée ce matin (lundi) au pied de l’imposant K2», a annoncé sur Facebook Karakorum Expeditions, l’agence de voyages pakistanaise chargée de la logistique de l’expédition.

Une ONG pour laquelle Rick Allen cherchait à récolter des fonds a confirmé sa mort. «Rick est mort en faisant ce qu’il aimait le plus et a vécu sa vie avec le courage de ses convictions», a tweeté Partners Relief & Development.

Secouru de justesse en 2018

En 2018, Rick Allen avait un temps été considéré comme mort après s’être perdu lors de la descente sur le Broad Peak (8047 m), situé à proximité du K2, dans le nord du Pakistan. Son sac avait finalement été repéré et il avait pu être secouru.

Son décès survient moins d’une semaine après celui du Sud-Coréen Kim Hong-bin, tombé dans une crevasse sur le Broad Peak, quelques heures après être devenu le premier alpiniste invalide à avoir escaladé les 14 montagnes de plus de 8000 mètres de la planète.

Terribles conditions au K2

Au moins six alpinistes étaient déjà morts cet hiver, sur les montagnes pakistanaises, dont cinq sur le K2, où les conditions pendant cette saison sont souvent terribles, avec des vents pouvant atteindre 200 km/heure et une température tombant parfois à -60 degrés Celsius.

En janvier, dix alpinistes népalais avaient fait sensation, en réussissant la première ascension hivernale du K2.

(AFP)

Votre opinion