TV: Un célèbre présentateur du JT de France 2 victime d'un AVC

Actualisé

TVUn célèbre présentateur du JT de France 2 victime d'un AVC

Invité mercredi soir de «C à vous», sur France 5, Nathanaël de Rincquesen est revenu sur un AVC qui aurait pu lui être fatal, ce printemps, s'il ne s'était pas déroulé en présence d'amis qui ont pu rapidement intervenir.

par
lematin.ch

Ce 1er mai 2019 aurait dû être un jour comme les autres pour Nathanaël de Rincquesen. Le journaliste et présentateur des JT de «Télématin» se sentait bien, en cette journée de printemps. Mais vers 19h, il a été victime d'un AVC, a-t-il expliqué mercredi soir dans «C à vous», sur France 5.

«En rentrant chez moi, après une sieste, nous sommes allés jouer au golf et boire un verre en terrasse avec ma compagne et des amis, explique Nathanaël de Rincquesen au Parisien. J'ai vu leurs visages se figer brusquement. Ma compagne Caroline me touche et m'arrache de la bouche un biscuit apéritif. Elle avait compris que je faisais un AVC et a aussitôt appelé les secours.»

Rendu compte de rien

Le journaliste ne sent aucune douleur ni aucun effet particulier de son AVC. «Je ne me suis absolument rendu compte de rien», témoigne-t-il. Tout son côté gauche se paralyse gentiment, il prononce des mots incompréhensibles. Dans l'ambulance, il n'arrive plus à serrer quoi que ce soit avec sa main gauche.

«Un scanner a confirmé qu'un caillot bouchait un vaisseau côté droit (...) Pour le déboucher, ils ont pratiqué une thrombolyse, en injectant un produit. Petit à petit, j'ai senti mon corps revenir», explique Nathanaël de Rincquesen qui, après des mois de convalescence, vient de revenir à l'antenne, mais sur Franceinfo, en soirée.

Le premier remède, c'est l'autre

«Sur le coup, je n'ai ressenti aucune douleur. Ce qui rétrospectivement me donne des frissons: j'aurais pu être chez moi, allongé dans le canapé, et ne me rendre compte de rien. On n'est pas tous égaux devant l'AVC, le premier remède, c'est l'autre. Celui qui va voir le visage se déformer, l'élocution se brouiller… Chaque minute compte», tient-il à préciser chez nos confrères, à titre de prévention.

Aujourd'hui, il affirme se sentir parfaitement bien. Il vit bien, refait du sport, boit à nouveau des pots avec ses copains, profite de l'existence moins stressé et moins fatigué. Mais il devra prendre des médicaments anticoagulants, à vie. «Je voudrais alerter, pour que les symptômes soient mieux connus : le visage, le langage, la posture. Si vous êtes en compagnie de quelqu'un dont le visage s'affaisse, appelez les secours! Le meilleur remède contre l'AVC, c'est les autres», martèle-t-il.

Laurent Siebenmann

Ton opinion