Publié

PresseUn Cercle d'amis pour reprendre «Le Temps»

Des personnalités romandes ont créé jeudi un groupe afin de racheter le quotidien qui est à vendre. Les discussions sur le financement devraient bientôt commencer.

Le Temps a été mis en vente en octobre dernier par ses deux actionnaires majoritaires

Le Temps a été mis en vente en octobre dernier par ses deux actionnaires majoritaires

Keystone

Une trentaine de personnalités romandes, dont l'ancien secrétaire d'Etat Charles Kleiber et l'ancien conseiller d'Etat genevois Olivier Vodoz , ont créé jeudi à Genève le Cercle des amis du «Temps». Ces défenseurs du journal romand veulent constituer un groupe pour le racheter.

Les discussions sur le financement vont commencer, a indiqué vendredi Charles Kleiber, qui co-préside le Cercle avec Olivier Vodoz. Les noms des autres signataires seront rendus publics le 24 janvier, précise un communiqué.

«On ne peut pas rester indifférent à l'avenir du Temps, qui occupe un rôle particulier en Suisse romande», a relevé M. Kleiber. Cette initiative vise à donner un élan citoyen pour trouver une alternative au futur du journal, a-t-il précisé.

«Le Cercle a pour vocation d'influencer positivement la suite des événements pour ce titre, afin d'en assurer la pérennité et l'indépendance», soulignent encore les co-présidents. Les membres du Cercle se disent persuadés que «la Suisse romande possède à la fois les moyens pour reprendre ce titre, les compétences pour le diriger et le savoir-faire pour le développer».

Plusieurs en lice

Le Temps a été mis en vente en octobre dernier par ses deux actionnaires majoritaires, les groupes Ringier et Tamedia qui possèdent chacun 46,2% des parts. Une douzaine d'acquéreurs potentiels étaient sur les rangs. L'Agefi notamment en faisait partie mais le journal économique a jeté l'éponge faute d'accord sur le prix d'acquisition.

Il reste encore plusieurs repreneurs en lice, a précisé à l'ats Daniel Pillard, directeur de Ringier Romandie, sans donner plus de précisions. La décision devrait tomber à la fin du premier trimestre, comme annoncé au début du processus de vente.

Des économies

Tamedia est en pleine réorganisation du groupe en Suisse romande. En mars dernier, le groupe a annoncé qu'il désirait effectuer des coupes de 18 millions de francs dans certains de ses titres romands.

(ats)

Ton opinion