Un champignon magique psilocybine pourrait être bon pour la tête
Publié

ScienceUn champignon magique pourrait être bon pour la tête

Futur remède contre les troubles dépressifs sévères? Des chercheurs de l’Université de Yale ont constaté sur les souris des effets encourageants de la psilocybine.

Une culture de champignons hallucinogènes. Des chercheurs de Yale se sont intéressés à la psilocybine, un alcaloïde présent dans certains d’entre eux.

Une culture de champignons hallucinogènes. Des chercheurs de Yale se sont intéressés à la psilocybine, un alcaloïde présent dans certains d’entre eux.

Getty Images/iStockphoto

Partant du constat que les drogues psychédéliques (oui, celles qui produisent un état de conscience altéré) ont un potentiel thérapeutique pour les troubles neuropsychiatrique, des chercheurs de Yale se sont intéressés à la psilocybine, un alcaloïde présent dans certains champignons hallucinogènes, rapporte le site Futura-Sciences.

Une étude récente, publiée dans la revue Cell-Neutron, montre qu’une seule dose de psilocybine administrée à des souris a provoqué une augmentation immédiate et durable des connexions entre les neurones au niveau de la colonne vertébrale et du cortex frontal médian. Elle est à mettre en parallèle avec des études qui constataient une réduction du nombre de connexions neuronales chez les patients humains souffrant de dépression ou de stress chronique. L’étude des chercheurs de Yale s’est donc concentrée sur les potentiels de la psilocybine pour augmenter la densité des épines dendritiques – de petites protubérances trouvées sur les cellules nerveuses qui facilitent la transmission d’informations entre les neurones.

Un «boost» de 10%

«Nous avons non seulement vu une augmentation de 10% du nombre de connexions neuronales, mais elles étaient également en moyenne environ 10% plus grandes, donc les connexions étaient également plus fortes», explique Alex Kwan, professeur de psychiatrie et de neurosciences à Yale et auteur principal de l’étude. De plus, ces changements étaient toujours présents un mois plus tard.

Estimer que la psilocybine soulage les symptômes de la dépression rapidement et avec des bénéfices durables, est un pas que la Food and Drug Administration (FDA) américaine semble avoir déjà franchi. En 2019, l’organisation avait accordé à l’alcaloïde le statut de «thérapie révolutionnaire» dans le traitement des troubles dépressifs majeurs et avait décidé de lancer des essais cliniques plus poussés.

Pour leur part, les chercheurs de Yale affichent une prudence toute scientifique en précisant qu’il n’est pas encore possible de savoir si leur découverte pourra être extrapolée aux humains, conclut Futura-Sciences.

(JChC)

Votre opinion