23.08.2018 à 10:31

NeuchâtelUn chef de service suspendu pour «mobbing»

Le conseil communal de Neuchâtel a suspendu, avec effet immédiat, l’un de ses chefs de service, accusé de harcèlement psychologique.

par
Pascal Schmuck
Une affaire de mobbing a éclaté en ville de Neuchâtel.

Une affaire de mobbing a éclaté en ville de Neuchâtel.

Keystone

Un chef de service de la ville de Neuchâtel a été suspendu avec effet immédiat à la mi-juillet. Selon Arcinfo, il s'agirait du responsable du Service de l’urbanisme qui est accusé de harcèlement psychologique («mobbing»).

Ce ne sont pas les compétences mais les méthodes qui sont mises en cause. Plusieurs employés parlent en effet de «tyrannie», de «ton inapproprié», de «crises de colère», d’«inégalité de traitement», de «pressions», de «surveillance extrême». Les plaignants sont aussi bien des femmes que des hommes.

Les autorités communales confirment qu’une enquête disciplinaire a été ouverte mais elles refusent pour le moment d'employer le terme de «mobbing». «Il ne nous appartient pas de qualifier les faits. Nous attendons les résultats de l’enquête», a déclaré Christine Gaillard, conseillère communale à la tête de l’Urbanisme.

Le collaborateur bénéficie de la présomption d’innocence, raison pour laquelle il continue de percevoir son salaire. S'il peut s'exprimer durant la procédure, il n'a pas voulu répondre aux questions du quotidien neuchâtelois. Son avocat précise que son client conteste toute accusation de «mobbing». Quant aux victimes présumées, elles ont reçu l’interdiction de parler à la presse.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!