Afghanistan: Un chef du groupe EI tué par un drone

Publié

AfghanistanUn chef du groupe EI tué par un drone

Les djihadistes avaient revendiqué un attentat commis lundi au Pakistan. Le leader de la région a été abattu le 26 juillet.

La frappe a eu lieu dans le district de Kot, dans la province afghane de Nangarhar.

La frappe a eu lieu dans le district de Kot, dans la province afghane de Nangarhar.

Archives, Reuters

Le chef de l'organisation Etat islamique (EI) pour l'Afghanistan et le Pakistan a été tué le 26 juillet par un tir de drone américain en territoire afghan, a déclaré vendredi un responsable de la Défense américaine. La frappe a eu lieu dans le district de Kot, dans la province afghane de Nangarhar, à la frontière entre les deux pays.

S'exprimant sous couvert d'anonymat avant une annonce officielle, ce responsable a affirmé qu'Hafez Saïd Khan était mort dans une frappe en juillet. «Ils l'ont eu», a-t-il affirmé.

L'ambassadeur afghan au Pakistan avait auparavant déclaré qu'un drone américain avait tué le chef de l'EI en Afghanistan et au Pakistan. Mais la coalition internationale stationnée à Kaboul avait refusé de confirmer l'information.

Mollah Mansour

Hafez Saïd Khan est le deuxième responsable d'un groupe armé islamiste tué par l'armée américaine dans la région en quelques mois. En mai, un drone américain avait en effet tué le chef de file des talibans afghans, le mollah Akhtar Mansour, au Pakistan.

Ancien membre de la branche pakistanaise des talibans ralliée à l'EI, Hafez Saïd Khan avait déjà été donné pour mort l'an dernier. Son décès n'avait toutefois jamais été confirmé.

Attentats meurtriers

L'EI a par ailleurs revendiqué vendredi un attentat à la bombe, commis la veille au bord d'une route à Quetta (sud-ouest du Pakistan), a indiqué le groupe SITE, spécialisé dans le suivi des activités djihadistes. Treize personnes avaient été blessées.

Lundi, le groupe terroriste avait revendiqué un autre attentat suicide devant un hôpital de la même ville. Celui-ci avait fait au moins 74 morts. Et le mois dernier, l'organisation djihadiste avait revendiqué l'attentat qui a fait plus de 80 morts à Kaboul.

L'attentat sanglant de lundi a aussi été revendiqué par une faction des Talibans pakistanais, Jamaat-ul-Ahrar. Les spécialistes peinent à déterminer laquelle des deux revendications est la plus crédible.

Le groupe EI essaie de prendre pied au Pakistan. Il s'y trouve en concurrence avec des groupes extrémistes comme les talibans pakistanais, mieux implantés.

(ats)

Ton opinion