01.10.2020 à 07:05

AngleterreUn chirurgien a gardé des os de plus de 5000 patients

Un spécialiste de la hanche aurait collecté illégalement des ossements durant plus de vingt-cinq ans.

par
R.M.
Le chirurgien incriminé (à dr.) lors d’une opération de la hanche.

Le chirurgien incriminé (à dr.) lors d’une opération de la hanche.

Flickr

Un chirurgien de Birmingham conserve illégalement des os de patients qu’il opère depuis plus de vingt-cinq ans, selon une enquête publiée par «The Independent». Ce spécialiste renommé de la chirurgie de la hanche – il a par exemple opéré Andy Murray – posséderait ainsi des os appartenant à «au moins 5224 patients».

Cette «collection» est jugée contraire à l’éthique. Ainsi que parfaitement illégale car Derek McMinn, le médecin en question, n’aurait pas demandé le consentement de ses patients. Et, précise le quotidien anglais, il faut une autorisation spéciale pour conserver des restes humains, autorisation que le chirurgien n’a jamais demandée.

«Pour sa retraite»

L’organisme britannique en charge des règles concernant l’usage ou la conservation des corps humains (Human Tissue Authority) a averti la police de ce cas l’an dernier.

Selon un rapport interne de l’hôpital privé d’Edgbaston, à Birmingham, où la majorité des opérations ont eu lieu, plusieurs personnes semblaient au courant. Certains auraient même aidé le chirurgien à placer les os dans des réceptacles spéciaux permettant leur conservation.

À en croire «The Independent» Derek McMinn aurait admis l’an dernier avoir conservé tous ces os. Une partie serait dans son appartement, l’autre dans un bureau. L’homme aurait déclaré les avoir gardés «pour sa retraite» tandis que des membres de lhôpital auraient prétendu qu’il le faisait pour «garder son esprit actif». Plus tard le chirurgien aurait avancé que sa collection était destinée à la recherche.

Excuses du groupe hospitalier

Le chirurgien incriminé était un pionnier d’une procédure dite de resurfaçage de la hanche consistant en gros à remplacer la tête du fémur par une sphère métallique. Ce sont ces parties d’os qu’il aurait systématiquement collecté et stocké depuis des décennies.

La police locale a confirmé qu’une enquête était en cours sur une possible violation des lois concernant les restes humains.

Un porte-parole du groupe hospitalier employant Derek McMinn a «présenté ses excuses pour les actions complètement inacceptables et éprouvantes de ce chirurgien au cours des années précédentes.» Le groupe dit vouloir faire toute la lumière sur ces agissements et affirme les avoir dénoncés aux autorités compétentes.

Quant au médecin accusé, il est aujourd’hui suspendu. Approché par «The Independent» il n’a pas souhaité faire de commentaire.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
12 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Et alors

01.10.2020 à 09:38

En Valais, un croque-mort garde bien les couvercles des cercueils....

jcti

01.10.2020 à 09:22

Pour les vendre à des Pets' Shops ?

Rond Donut

01.10.2020 à 09:01

En faisait-il commerce ? Je pense que non. Il n'as pas demander l'autorisation à ses patients : oui. Ces restes humains auraient été, de toute manière incinéré. Défaut professionnel ... ?