Bâle: Un coléoptère nommé en mémoire de Bruno Manser
Publié

BâleUn coléoptère nommé en mémoire de Bruno Manser

Un charançon de Bornéo, inconnu jusqu’ici, a été baptisé Seticotasteromimus brunomanseri en l’honneur de l’activiste bâlois, mystérieusement disparu en 2000.

par
Michel Pralong
Ce charançon mesure 2,5 mm.

Ce charançon mesure 2,5 mm.

Musée d’histoire naturelle de Bâle


Une espèce de curculionidé, une famille de coléoptères dont font partie les charançons, a récemment été découverte dans la canopée de la forêt tropicale de Bornéo. L’insecte grand de 2,5 mm vient d’être décrit par l’entomologiste Christoph Germann, qui mène des recherches pour le compte du Muséum d’histoire naturelle de Bâle.

Il lui a donné le doux nom de Seticotasteromimus brunomanseri, en l’honneur de Bruno Manser, a fait savoir le musée cette semaine, comme le relaie le Fonds Bruno Manser. Rappelons que ce Bâlois fut l’un des plus ardents défenseurs de la forêt tropicale. Il a vécu au Sarawak, sur cette même île de Bornéo, de 1984 à 1990, auprès des Penan. Devenu le porte-parole international de ce peuple menacé, il a mystérieusement disparu lors de son dernier voyage au Sarawak, en mai 2000.

Bruno Manser, en 1986.

Bruno Manser, en 1986.

Alberto Venzago

C’est la seconde espèce baptisée d’après Bruno Manser après, en 2014, une araignée du Sarawak, Aposphragisma brunomanseri. Des milliers d’espèces animales ou végétales encore inconnues vivent dans la forêt tropicale humide de Bornéo. Elles sont de plus en plus menacées par les défrichages, les plantations de palmiers à huile et les activités minières, explique le Fonds Bruno Manser, qui s’engage pour leur protection depuis sa création, il y a 30 ans.

Votre opinion