Publié

FranceUn complice de Mohamed Merah mis en examen

Un homme de 25 ans suspecté d'avoir aidé Mohamed Merah dans la préparation de ses assassinats a été mis samedi en examen.

1 / 56
La cour d'assises de Paris dira si Abdelkader Merah est complice ou non des sept assassinats, perpétrés en mars 2012 par son frère Mohamed dans le sud-ouest de la France. (Jeudi 2 novembre 2017)

La cour d'assises de Paris dira si Abdelkader Merah est complice ou non des sept assassinats, perpétrés en mars 2012 par son frère Mohamed dans le sud-ouest de la France. (Jeudi 2 novembre 2017)

AFP
Un ex-chef du renseignement français a expliqué lundi, devant la cour d'assises de Paris, comment ses services ont pensé recruter Mohamed Merah, un mois avant que ce dernier ne tue sept personnes, en mars 2012. (Lundi 16 octobre 2017)

Un ex-chef du renseignement français a expliqué lundi, devant la cour d'assises de Paris, comment ses services ont pensé recruter Mohamed Merah, un mois avant que ce dernier ne tue sept personnes, en mars 2012. (Lundi 16 octobre 2017)

AFP
L'avocat d'Abdelkader Merah, Me Eric Dupond-Moretti, a dénoncé devant la cour d'assises de Paris une lettre anonyme proférant des menaces de mort contre ses propres enfants, alors que le procès se déroule dans un climat particulièrement tendu (Jeudi 5 octobre 2017).

L'avocat d'Abdelkader Merah, Me Eric Dupond-Moretti, a dénoncé devant la cour d'assises de Paris une lettre anonyme proférant des menaces de mort contre ses propres enfants, alors que le procès se déroule dans un climat particulièrement tendu (Jeudi 5 octobre 2017).

AFP

Cet homme avait été interpellé mardi près de Toulouse et transféré mercredi au siège de la sous-direction antiterroriste en région parisienne. Au terme de sa garde à vue, il a été déféré aux juges du pôle antiterroriste du tribunal de grande instance de Paris, mis en examen et écroué pour vol en réunion et association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste, a-t-on appris de source judiciaire.

Un autre homme arrêté mardi près de Toulouse a été relâché le lendemain. Aucune charge n'a été retenue contre lui.

Ces deux arrestations sont intervenues dans le cadre d'une enquête sur les complicités dont a pu bénéficier Mohamed Merah, qui a tué sept personnes à Montauban et à Toulouse en mars 2012.

Se réclamant d'Al Qaïda, le «tueur au scooter» avait été abattu par la police venue l'arrêter, après un long siège de son domicile toulousain. Les enquêteurs recherchent depuis le début de l'affaire un troisième homme, présent avec Mohamed Merah et son frère Abdelkader au moment du vol du scooter qui a servi à commettre les meurtres.

(AFP)

Votre opinion