Publié

InsoliteUn couple de canards squatte devant la boulangerie

Deux colverts se rendent tous les jours dans un commerce du centre de Morges pour y quémander du pain.

par
Adrià Budry Carbó

«Vos petits protégés sont là.» Chaque jour, depuis un an, un couple de canards vient rendre visite à Evelyne Chabloz, responsable de la boulangerie La Tartine à Morges. Certains clients se prennent au jeu. D'autres, admiratifs, regardent les deux volatiles se frayer un chemin entre les tables de la terrasse pour venir quémander leur dû.

Pas timides pour un sou, ils tapotent avec leur bec sur la porte pour faire sortir la boulangère. «J'ai toujours eu des canards mais jamais aussi familiers, explique la commerçante en les regardant avec tendresse. Ils reconnaissent ma voix. Le matin quand j'ouvre, la femelle me suit dans l'arrière-boutique. Elle travaille avec moi.» Le mâle reste, lui, à l'extérieur. En retrait, il monte la garde et surveille du coin de l'œil les curieux badauds. Il ne se détend un peu que lorsque Evelyne Chabloz lui jette un bout de pain. Plus sociable, la canne mange directement dans la main de la gérante. Alain Gumy habite dans la rue de La Tartine depuis vingt-trois ans. Des canards, il en a vu défiler dans le quartier. «C'est la saison des amours. L'année passée ces deux-là sont venus faire leur nid juste devant mon balcon.»

Donner à manger aux canards, une mauvaise habitude? La Direction générale de l'environnement, par le biais de son porte-parole Denis Richner, tient à décourager cette pratique: «Même si certains animaux s'acclimatent très bien à la présence humaine et disposent d'un capital sympathie élevé, ils n'en restent pas moins des animaux sauvages.»

Mais le couple de colverts n'a d'yeux que pour Evelyne Chabloz. Méfiants, ils ignorent les tentatives d'approche des voisins et attendent patiemment que la boulangère leur serve à manger. Un passant s'enquiert: «Moi aussi je peux avoir mon pain?» «Ah non, ça, c'est mon moment privilégié avec les canards.»

Votre opinion