04.07.2019 à 08:45

FootballUn curieux drone survole le FC Sion

Un objet volant s’est invité lors du match opposant le club valaisan au PSV Eindhoven. Ce n'était pas une manœuvre du FC Bâle.

par
Nicolas Jacquier, Le Châble

Un millier de spectateurs - parmi lesquels Valon Behrami - a suivi mercredi soir au Châble le premier match du Festival des Alpes. Si le rendez-vous entre Sion et le PSV n’a débouché sur aucun but, il a aussi été marqué par la présence d’un invité surprise dans le ciel valaisan.

Dès le coup d’envoi et durant toute la durée de la partie, un puissant drone a survolé les débats, «violant» l’espace aérien au-dessus du stade Saint-Marc. Dans l’assistance intriguée, certains ont voulu y voir l’offensive du FC Bâle, venu espionner par les airs ses deux prochains adversaires officiels: le club du Parc Saint-Jacques entamera sa saison 2019-2020 le 19 juillet à Tourbillon, avant de se déplacer quatre jours plus tard aux Pays-Bas pour y affronter le PSV Eindhoven (2e tour qualificatif aller de la Ligue des champions). Fausse piste. S’il s’avère que des émissaires rhénans étaient bel et bien présents à Bagnes en séance de repérage, ceux-ci n’ont pas agi de manière aussi peu discrète.

Alors à qui cet appareil volant non identifié, tout au moins au moment de son décollage, pouvait-il bien appartenir? En tout cas pas au FC Sion, ni aux organisateurs. En fait, cet engin motorisé très envahissant était celui du PSV Eindhoven, son staff technique ayant l’habitude de faire en sorte de pouvoir ainsi prendre de la hauteur lors des matches de préparation pour mieux disséquer ensuite ce qui se passe sur le plancher des footballeurs. En analysant le contenu des images.

Des images qui, en l’occurrence, auront aussi permis de constater que Sion s’est montré plus inspiré dans son premier alignement, notamment dans les vingt dernières minutes de la période initiale durant lesquelles il devait se créer plusieurs occasions.

Si l’usage d’un drone dans un espace public requiert en Suisse des autorisations spéciales, il n’est pas certain que le pilote néerlandais dispose d’un tel sésame.

Devant quelques dizaines de touristes néerlandais en goguette, et sous l’œil du drone de reconnaissance, Stéphane Henchoz a pu mesurer les progrès par rapport à la première sortie contre Lausanne (0-0), mais aussi s'apercevoir de l’ampleur du chantier encore ouvert, notamment dans le secteur offensif.

«Face à une équipe de format Ligue des champions, expliquait le coach fribourgeois du FC Sion à l’issue de débats très inégaux, j’ai vu des choses intéressantes. Mais l’on doit encore progresser afin de sortir plus proprement nos ballons. A ce niveau, il importe d’être juste dans la prise d’informations.»

Il était mercredi soir 20h50, et le drone «ennemi», lui, était déjà rentré à sa base.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!