Genève: Un dealer alerte la police: il n'aurait pas dû…

Actualisé

GenèveUn dealer alerte la police: il n'aurait pas dû…

Un homme s'est plaint d'avoir été menacé. Mais ça s'est retourné contre lui.

par
lematin.ch
Photo d'illustration

Photo d'illustration

Keystone

À Genève, un dealer présumé a alerté la police après avoir été menacé. Il doit s'en mordre les doigts. Les faits se sont déroulés jeudi vers 20 heures, relate la police cantonale genevoise dans son bulletin de ce vendredi. Dans un immeuble en vieille ville, un homme d'une petite trentaine d'années, domicilié en France, en a repéré un autre qui tentait de lui voler son vélo électrique.

Il s'est approché mais voilà que son voleur a brandi un couteau et lui a demandé de déguerpir. Bien que menacé, il a cependant réussi à récupérer son vélo et à prendre la fuite.

Couteau au niveau de sa ceinture

Peu après, près du parc des Bastions, ce cycliste a croisé deux agents. Il les a sollicités, leur a annoncé qu'il venait d'être menacé avec un couteau et a dit que son «agresseur» se trouvait dans le parc.

C'était exact: les policiers l'ont retrouvé, ont bien découvert «un couteau au niveau de sa ceinture» et l'ont interpellé. Il s'agit d'un homme de 38 ans, originaire d'Italie, sans domicile fixe.

Des réponses «évasives»

Fin de l'histoire? Non. Dans le même temps, des agents se sont entretenus avec «la soi-disant victime et détentrice du vélo», écrit la police genevoise. Mais son comportement semblait étrange et ses réponses étaient «évasives».

Les policiers ont donc décidé d'inspecter ses effets et ont déniché, dans son sac à dos, 229 grammes de marijuana, 135 grammes de résine de cannabis, 30 grammes de cocaïne et 1711 francs. Pour couronner cette prise, les policiers doutent même que le vélo électrique lui appartenait vraiment…

Suspectés de menaces, tentative de vol, empêchement d'accomplir un acte officiel, infraction à la Loi sur les étrangers et infraction à la Loi sur les stupéfiants, les deux intéressés ont été mis à la disposition du Ministère public. Ils n'ont pas reconnu les faits, est-il précisé.

R.M.

Ton opinion