France – Un débat sur la polémique Blanquer animé par… sa femme
Publié

FranceUn débat sur la polémique Blanquer animé par… sa femme

La journaliste Anna Cabana a largement évoqué à la télé l’histoire des vacances à Ibiza du ministre français sans jamais préciser que c’était son mari.

par
Michel Pralong
Anna Cabana est mariée depuis le week-end dernier avec le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer, dont elle a parlé mardi dans son émission.

Anna Cabana est mariée depuis le week-end dernier avec le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer, dont elle a parlé mardi dans son émission.

Capture i24News

En France, les couples formés par des politiciens et des journalistes sont nombreux et ce n’est pas un phénomène nouveau. Et cela a souvent posé des problèmes de déontologie. Cela a une nouvelle fois été le cas mardi 18 janvier. L’une des grosses actualités du jour, c’était la polémique autour des vacances à Ibiza de Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation, au moment où celui-ci donnait de nouvelles consignes sanitaires contraignantes aux écoles. Sujet tout naturellement évoqué sur i24News dans l’émission «Conversations» animée par la journaliste Anna Cabana. Qui a pour particularité d’être… la toute fraîche épouse du ministre, puisqu’ils se sont mariés le week-end dernier, après donc leur séjour à Ibiza.

Mais ce «détail», la journaliste ne l’évoque à aucun moment. «Nous allons commencer par parler de cette crise politique autour de Jean-Michel Blanquer, qui est au cœur d’une tempête. Hier soir Mediapart a révélé qu’il avait annoncé le nouveau protocole sanitaire depuis Ibiza et les deux auteurs de son interview n’étaient absolument au courant de l’endroit où il se trouvait à ce moment-là». Mais elle oui, forcément, mais encore une fois, pas la moindre allusion durant toute l’émission au fait qu’elle soit son épouse.

«Moi, j’ai fait mon travail de journaliste»

Ce qui, aux yeux de beaucoup, a soulevé quelques questions de déontologie, d’autant que, comme le souligne «L’Obs», les intervenants sur le plateau ont été plutôt indulgents avec le ministre. Interrogée par la suite par «Le Parisien», la journaliste s’est défendue, expliquant que tout le monde connaissait sa relation depuis deux ans et qu’elle ne pouvait pas passer à côté du sujet: «J’anime une émission d’actualité. Cela aurait été surréaliste de ne pas parler de la crise politique du jour. Si je ne l’avais pas fait, on me l’aurait reproché. La bonne façon de faire à mon sens est celle d’hier: laisser mes décrypteurs dire ce qu’ils veulent. Moi, j’ai fait mon travail de journaliste de manière honnête. Je n’ai pas orienté les conversations, je suis restée à distance».

Reste que cette confusion des rôles a bien fait parler sur les réseaux sociaux, où l’étonnement et l’indignation alternaient avec ceux qui prenaient la défense de la journaliste tandis que d’autres se moquaient ouvertement.

«L’Obs» de son côté rappelle qu’une autre façon de faire est plutôt de se retirer lorsque le cas se présente, comme l’avaient fait Léa Salamé quand son compagnon Raphaël Glucksmann s’était présenté aux européennes, la journaliste Isabelle Saporta de RTL à cause de sa relation avec Yannick Jadot et, en 2007 déjà lorsque Béatrice Schönberg avait quitté le JT de France 2 parce qu’elle était l’épouse du ministre Jean-Louis Borloo.

Votre opinion

0 commentaires