Drame sur le Danube: Un des bateaux naviguait sous pavillon suisse

Actualisé

Drame sur le DanubeUn des bateaux naviguait sous pavillon suisse

Le bateau impliqué dans une collision, qui a fait au moins sept morts mercredi soir à Budapest, naviguait sous pavillon suisse. Une enquête criminelle a été ouverte.

La police hongroise a ouvert jeudi une enquête criminelle sur l'un des plus graves naufrages qu'ait connu le pays, qui a fait sept morts et 21 disparus parmi un groupe de touristes sud-coréens.

L'embarcation impliquée dans l'accident appartient à la société Viking Cruises dont le siège est à Bâle.

Le Viking Sigyn est visible, à quai, sur les photos de Keystone-ATS. La compagnie de croisière bâloise Viking Cruises a confirmé jeudi à Keystone-ATS qu'un de ses navires se trouvait, vers 21h mercredi, à proximité d'une embarcation hongroise transportant des touristes quand une collision est survenue.

Les passagers et l'équipage du Viking Sigyn sont indemnes, précise la compagnie helvétique. Cette dernière coopère avec les autorités dans le cadre de l'enquête, a-t-elle ajouté dans un bref courriel.

21 disparus

Le navire de croisière battant pavillon suisse serait apparemment entré en collision avec une embarcation de taille inférieure, Hableany, qui a très vite coulé. «Une enquête criminelle a été ouverte. La police enquête sur les lieux», a déclaré le colonel Adrian Pal à la presse.

Au moins sept personnes ont perdu la vie, des touristes sud-coréens, a précisé le Ministère des affaires étrangères à Séoul. Mais 19 autres passagers, ainsi que deux membres d'équipage hongrois, étaient encore portés disparus jeudi en fin de matinée dans les eaux glacées du Danube.

«Il a coulé vite»

Un porte-parole du propriétaire du bateau, long de 26 mètres et pouvant embarquer une soixantaine de passagers, a indiqué à l'agence de presse hongroise MTI que l'Hableany n'avait pas de problème technique. «C'était une visite touristique de routine», a-t-il dit. «Nous ne savons rien sur ce qui s'est passé, sauf qu'il a coulé vite».

Selon l'agence de presse sud-coréenne Yongap, trente touristes et trois accompagnants effectuaient un voyage à travers six pays d'Europe orientale. La plupart d'entre eux sont des quadragénaires, mais un enfant de six ans se trouvait à bord.

Sept des 33 Coréens du Sud qui participaient à la croisière, ont pu être sauvés des flots. En état d'hypothermie, ils ont été hospitalisés à Budapest, ont précisé les autorités lors d'une conférence de presse dans la capitale hongroise.

Les naufrages fluviaux en Europe depuis 25 ans

Le naufrage meurtrier d'un bateau d'excursion mercredi soir sur le Danube, au coeur de Budapest, rappelle de rares précédents intervenus en Europe depuis 25 ans.

Le plus meurtrier

Le 10 juillet 2011, environ 80 personnes sont sauvées et 122 se noient dans la Volga en Russie lors du naufrage d'un navire de croisière, «Le Bulgaria», construit en 1955 et surchargé, qui a sombré en quelques minutes.

Un précédent sur le Danube

Le 23 octobre 1996, huit personnes périssent après que leur péniche battant pavillon slovaque a heurté un barrage et coulé dans le Danube, à Vienne.

Ailleurs en Europe

Le 11 juin 2018, en Russie, onze personnes trouvent la mort sur la Volga, dans la région de Volgograd (sud), lorsque le catamaran dans lequel elles se trouvaient heurte par accident une barge. Cinq personnes ont pu être sauvées.

Le 31 juillet 2011, en Russie, un bateau de plaisance coule après être entré en collision avec une péniche naviguant sur la Moskova, faisant deux morts et six disparus.

Le 15 septembre 2005, en Russie, huit personnes au moins disparaissent après que leur navire, surchargé, a chaviré sur le fleuve Ienisseï, près du port de Doudinka dans le Grand Nord.

Le 3 juin 2000, en France, une barge surchargée chavire dans l'Yonne, à Courtois-sur-Yonne, près de Sens (centre), faisant trois morts. La barge transportait 36 personnes, pour un maximum prévu de 12 passagers.

Le 29 mai 2000, au Portugal, les six membres d'équipage d'un cargo norvégien disparaissent après la collision de leur bateau avec un porte-conteneurs coréen dans l'embouchure du Tage, à l'ouest de Lisbonne.

(AFP)

Ton opinion