La Chaux-de-Fonds - Un deuxième exhibitionniste ferroviaire condamné!

Publié

La Chaux-de-FondsUn deuxième exhibitionniste ferroviaire condamné!

Après un quadragénaire algérien, c’est un trentenaire érythréen qui s’est masturbé dans un train sous les yeux d’une femme.

par
Vincent Donzé
Encore un exhibitionniste dans un train qui s’est arrêté à La Chaux-de-Fonds.

Encore un exhibitionniste dans un train qui s’est arrêté à La Chaux-de-Fonds.

lematin.ch/Vincent Donzé

Un «ferrosexuel» étant celui que les trains font fantasmer, comment désigner ceux qui fantasment dans les trains? À deux semaines d’intervalle, la justice neuchâteloise a eu à juger un exhibitionniste passé en gare de La Chaux-de-Fonds. Le premier s’était masturbé le 4 décembre 2020 dans toilettes d’un wagon en laissant la porte ostensiblement ouverte.

Prévenu d’exhibitionniste entre autres délits, ce ressortissant algérien a été condamné par contumace par le Tribunal de police à 310 jours de prison ferme, mais le jour du jugement, la police neuchâteloise ignorait où se trouvait ce quadragénaire sans domicile connu.

Rebelote, cette fois-ci devant le Tribunal des Montagnes et du Val-de-Ruz, avec un exhibitionniste harceleur maintenu en prison. Sous l’emprise de l’alcool, cet homme a importuné au hasard trois jeunes femmes, deux adolescentes et un garçon de 11 ans, entre 2019 et 2020. Selon «ArcInfo», les victimes ne se connaissaient pas. Leur agresseur écope de douze mois de prison ferme.

Avec insistance

Le 6 janvier 2020, dans un train reliant Neuchâtel à La Chaux-de-Fonds, le prévenu a parlé avec insistance à une jeune femme, tout en touchant son sexe. Il était autour de 23 heures. Elle lui a demandé de s’asseoir ailleurs. Ivre, il s’est exécuté, pour continuer de se masturber plus loin.

«Quand le prévenu boit de l’alcool, il ne se maîtrise pas, il se désinhibe complètement», a plaidé son avocat. Ses différentes victimes ont subi ses insultes et ses gestes déplacés dans le train, dans la rue et dans des centres commerciaux.

Menace, contrainte

La liste des infractions est longue: voie de fait, injure, menace, contrainte, désagrément causé par la confrontation à un acte d’ordre sexuel… Comme il a déjà effectué 335 jours de détention préventive, il sera libéré prochainement, mais le prévenu a reçu l’interdiction d’approcher à moins de 50 mètres le garçon de 11 ans et les adolescentes importunés.

Le tribunal n’a pas ordonné son renvoi du territoire helvétique. L’Érythréen fait déjà l’objet d’une mesure d’expulsion prise par le Secrétariat d’État aux migrations, mais comme aucune convention ne lie la Suisse et l’Érythrée, il ne sera pas renvoyé à sa sortie de prison. Pour éviter une récidive, le prévenu devra se soumettre à un traitement ambulatoire au Centre neuchâtelois d’alcoologie.

Ton opinion