Actualisé

InterviewUn deuxième Fribourgeois samedi dans «The Voice»

Léonard Ducry, 21 ans, va tenter de faire vibrer le jury le 23 février sur TF1 lors de son audition à l'aveugle. Découvrez-le.

par
Fabio Dell'Anna
Léonard Ducry passera son audition à l'aveugle sur TF1, samedi 23 février.

Léonard Ducry passera son audition à l'aveugle sur TF1, samedi 23 février.

Bureau 233 / ITV / TF1

Cette année, le canton de Fribourg est à l'honneur sur TF1. Après Gjon's tears (qui a fait sensation auprès du jury il y a deux semaines), c'est au tour de Léonard Ducry de se lancer dans l'aventure «The Voice». Ce serveur de profession de 21 ans aime la musique depuis son plus jeune âge et, même s'il a pour habitude de se produire avec son groupe, il tente cette fois-ci une expérience en solo. Rendez-vous samedi soir à 21 h sur TF1 pour voir si le Fribourgeois fera vibrer le jury et le public.

Comment êtes-vous tombé dans la musique?

Tout seul. J'ai toujours eu plaisir à chanter et j'ai aussi toujours été très sensible à la musique en général: les rythmes, les mélodies, les harmonies... Mon père a toujours gratté un peu la guitare à la maison. Moi, j'en joue de temps en temps et j'ai commencé à pratiquer le piano vers 13 ans.

Quelle est votre expérience dans la musique?

Depuis cinq ans environ, j'évolue dans un groupe dénommé The Bank, qui s'est formé à Fribourg même. Nous jouons de tout, Stevie Wonder, Marvin Gaye, Toto, Queen... Cela touche au funk comme à la soul jusqu'au rock.

Vous composez aussi vos propres chansons?

Oui. Cela ressemble à de la pop groovy aux couleurs jazzy. En solo, je me dirige également volontiers vers la variété, française pour la majeure partie. William Sheller en est le meilleur exemple. Nous nous sommes produits sur de nombreuses scènes suisses et avant tout fribourgeoises. La Spirale en Basse-Ville est sûrement notre scène préférée.

Avez-vous déjà participé à un télé-crochet?

Jamais. Cela peut être extrêmement utile aux gens qui ont envie ou besoin d'une vitrine pour se lancer dans la vie d'artiste. Cependant, elles peuvent représenter d'avantage «le monde de la télé» que «le monde de la musique».

Qui vous a inscrit à «The Voice»?

La production m'a découvert sur Internet et m'a contacté. J'étais dans une période calme de ma vie. J'ai pu me lancer dans une expérience qui ne pourra au final qu'être bénéfique, dans la mesure où je parviens à rester bien dans mes baskets.

Qui sont vos influences?

Des centaines de bons musiciens, et Mani Matter (ndlr.: un chansonnier bernois décédé en 1972).

Qui écoutez-vous en ce moment?

L'album «Currency of Man» de Melody Gardot est un bijou. Je ne me lasserai jamais de «Sheller en Solitaire» de William Sheller.

Comment vous êtes-vous préparé pour votre audition à l'aveugle?

Je chante et exerce mon morceau au piano, et je mange cinq fruits et légumes par jour.

Selon vous, quelle qualité faut-il avoir pour gagner «The Voice»?

Il y a plein de facteurs qui entrent en compte. Des prestations intenses, incarnées, authentiques, la capacité de transmettre des émotions.

Où allez-vous regarder l'émission samedi soir?

À la maison avec les amis. Il y aura des bons produits: vin, bière, pain, fromage. C'est l'occasion de se divertir en groupe et de faire un peu la fête.

Ton opinion